Simons acquiert Rituels.ca

le 20 juillet 2018


Simons se lance dans la vente de produits de rasage et de soins pour hommes.

La Maison Simons a fait l’acquisition de l’entreprise de Québec Rituels.ca, spécialisée dans la vente de produits et d’accessoires de rasage traditionnel et de soins personnels pour hommes. Renforçant du même coup son offre pour la clientèle masculine, il s’agit de la première transaction du genre en 178 années d’existence pour Simons.

L’arrivée des savons, shampoings, huiles et crèmes à barbe distribués par Rituels se fera de façon graduelle au cours des prochains mois chez le détaillant, en boutique comme en ligne.

L’association était toute naturelle. Michael Carpentier, président-fondateur de Rituels.ca, avait publié, en janvier dernier, un article proposant à Simons d’intégrer les e-commerçants en croissance à sa stratégie de développement numérique. Il n’en fallait pas plus pour piquer la curiosité de Peter Simons, PDG de La Maison Simons.

« Michael pourra mettre son leadership et son expertise en e-commerce à profit chez nous, notamment dans la conversion de l’ancien centre de distribution en accélérateur pour les créateurs et les petites et moyennes entreprises. J’ai pleinement confiance en lui », a mentionné Peter Simons.

simons
Peter Simons, PDG de La Maison Simons ainsi que Michael Carpentier, président-fondateur de Rituels.ca.
Crédit photo : Francis Vachon


Le Barreau du Québec soulève des questions de droit

À lire maintenant

Le Barreau du Québec soulève des questions de droit
Marie-Josée Huot nommée productrice chez Rodeo FX
Diane De Courcy devient directrice générale de l’APGP
Nouveau talent chez Konversion
La chaîne CPAC fait peau neuve
Le Club des petits déjeuners crée un comité pour sa relève philanthropique
Biblimags dévoile sa campagne pour faire connaître ses services
Pazazz : bien encrés
Les retrouvailles d’Air Canada
Le feu sacré de Bâton Rouge
Farnham lance une Milkshake IPA en soutien aux producteurs de lait
Nominations de Michel Bergeron et Annie Marsolais à la BDC