Jazz Marketing Communications - Un air de réussite

par Raphaël Martin, le 11 juin 2018


Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 03, numéro 29.

Une plus-que-sympathique agence montréalaise de communication et marketing (aux réalisations plus imposantes que la structure) s’amuse à jouer dans la cour des grands grâce à des modèles d’entreprise et de production s’adaptant aux besoins du client. Portrait de Jazz Marketing Communications (et quelques parallèles musicaux) en compagnie de Robert Larose. 

Important, le nom d’une entreprise ? Chose sûre, l’homme derrière celui de Jazz Marketing Communications caressait le souhait de faire jaser – pardonnez le jeu de mot. La petite histoire de l’appellation rappelle d’ailleurs de bons souvenirs à Robert Larose, président, fondateur et coassocié de l’entreprise, lorsque questionné sur le sujet. « Quand tu démarres une agence, un de tes défis, c’est de pallier ton manque de notoriété par quelque chose qui marque les esprits, affirme-t-il. Comme un nom fort, par exemple. Je m’apprêtais, il y a de cela 16 ans, à lancer l’agence. J’étais à ma table, en train de gribouiller des noms de toutes sortes pendant que je me plaisais à écouter de la musique. Cette fois, c’était du jazz, et je me suis mis à tracer des parallèles entre le style musical et la publicité. D’abord, le jazz est l’une des musiques les plus créatives de la planète. Ensuite, les musiciens qui en jouent sont des virtuoses, et les pièces de jazz ne sont jamais jouées deux fois de la même façon. Voilà des qualités que je souhaitais voir être associées à mon entreprise. Je venais de trouver mon nom. »

LARGE MANDAT

Naissait donc Jazz Marketing Communications. « À partir du moment où j’ai vu qu’aucune autre entreprise ne portait ce nom, je me suis rué dessus !, s’esclaffe Robert Larose. Tout le monde connaît le jazz, c’est un mot qui résonne. Nous n’existions que depuis quelques mois et des clients s’adressaient à nous en croyant que nous étions en affaires depuis des années ! C’était l’effet Jazz. » Mais un nom n’est jamais un gage de succès à lui seul. « En fait, l’effet Jazz, c’était surtout de pouvoir compter sur une équipe de spécialistes des plus créatifs, des plus efficaces ainsi que sur un service plus effectif que la moyenne. Dès nos débuts, nous avons réussi à faire la différence auprès de clients, que ce soit en termes de création de contenus, de design et développement de marque ou encore de stratégies marketing. Notre mandat est large, ce qui nous définit autant comme agence de communication que comme agence de marketing. »

PLUS PETIT, PLUS PERFORMANT

Et quelle est la taille de l’orchestre, pour poursuivre dans la métaphore ? « Disons que nous avons moins de musiciens permanents que d’autres groupes, mais que nous choisissons de travailler avec les plus talentueux d’entre eux, s’amuse Robert Larose. Plus précisément, l’entreprise compte sur une quinzaine d’employés à notre bureau du centre-ville, un chiffre qui prend beaucoup d’ampleur lorsque nous greffons des collaborateurs externes (souvent les mêmes) pour mener des projets à terme. Nous avons, au tournant de la dernière décennie, choisi de nous munir d’un plus petit groupe d’employés permanents, mais de nous donner les moyens d’engager chaque fois les meilleurs en fonction du travail que nous avons à accomplir. En d’autres mots, on s’assure de trouver les bonnes personnes pour les bons projets. Aussi, le fait d’avoir une structure financière moins lourde permet à des clients aux budgets plus limités de faire affaire avec nous sans que nous leur imposions une équipe trop onéreuse. Tout le monde y gagne. »

À L’ÉTUDE ET À L’ÉCOUTE

Un modèle d’affaires qui leur réussit. « Lorsque nous avons pris ce virage, ma précieuse associée Paule Gagnon et moi, c’était aussi parce que nous voulions voir grand, poursuit Robert Larose. Notre modèle d’affaires s’adapte à tous les scénarios ainsi qu’à tous les types de clients, qu’ils proviennent du Québec, du ROC, des États-Unis ou de l’étranger. D’ailleurs, aujourd’hui, plus de la moitié de nos clients font affaire à l’extérieur du Québec. Nous avons aussi à cœur de toujours continuer d’innover, de voir ce qui se fait de mieux dans le monde, de voir comment nous pourrions nous en inspirer pour aider nos clients à performer. J’ai toujours été d’avis que même la plus petite des agences ne peut se permettre de ne pas savoir ce qui se passe à l’extérieur, de ne pas connaître les tendances. Il faut être à l’étude et à l’écoute pour être capable de proposer des solutions innovantes. Chez Jazz Marketing Communications, le branding est au cœur de notre stratégie. C’est notre partition. »

jazz marketing
Paule Gagnon et Robert Larose


Une campagne 360 rythmée sur du rap pour Valorisation Carbone Québec

À lire maintenant

Cannes: l'équipe de McCann Montréal remporte l'argent aux Young Lions
LaBase rafraîchit la ville avec McAdam
RETHINK : des idées dignes d’attention
Cundari Montréal en fait tout un plat
orangetango et le CECI font équipe pour aider le Guatemala
Le complexe funéraire LeSieur et frère innove
Nouveau partenariat entre Protégez-Vous et SolutionStat
Auto 123.com renforce son équipe
Personnalité de la semaine : Adriana Palanca
Sandoz Canada choisit Pigeon pour développer koena
Studio Pascal Blais a 35 ans ! Longue vie à Tonic DNA !
Nouveau Projet lance une initiative pour poursuivre sa mission