Zone Franche en zone internationale

par Raphaël Martin, le 19 mars 2018


Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 03, numéro 13.

zone franche 1

Une entreprise de relations publiques exporte son expertise de l’autre côté de l’Atlantique avec succès. Discussion sur l’approche horizontale en gestion entrepreneuriale et la prise de risques en compagnie de Marie-Françoise Hervieu, présidente de Zone Franche.

ZONE FRANCHE EN ZONE INTERNATIONALE

La jeune entreprise, qui soufflera 10 bougies en 2020, jouit en effet de la reconnaissance du milieu pour avoir décroché les mandats des Starbuck, Honda et autre Playstation au cours des dernières années. « Ça veut dire beaucoup pour nous d’obtenir la confiance de ces géants de l’industrie, ajoute Marie-Françoise Hervieu. Ça va bien au-delà de la fierté d’avoir eu le meilleur sur d’autres excellentes boîtes contre lesquelles nous étions en compétition. C’est d’abord quelque chose qui nous permet de rencontrer des gens extraordinaires provenant d’autres milieux, d’autres horizons. » Et les horizons sont aujourd’hui vastes pour Zone Franche, qui lançait l’année dernière sa branche française sous la bannière Villemarie. Une décision d’affaires audacieuse s’il en est une. « Nous avons saisi une opportunité en laquelle nous croyions, poursuit Marie-Françoise. L’économie était moins forte il y a cinq ans. Nous voyions des entreprises françaises débarquer au Québec. Des entreprises avec lesquelles nous décrochions de bons mandats. La question devenait donc légitime : pourquoi ne pourrions-nous pas aller chercher notre part du gâteau en France ? »

zone franche 2

Marie-Françoise Hervieu Présidente | Zone Franche

LA PETITE VOIX

C’était le début d’une aventure. « Une aventure avec sa part de risques, certes, se rappelle Marie-Françoise. Je partais à ce moment en France avec seulement un ou deux rendez-vous bookés à l’agenda. Et on s’entend qu’aller en France pour le travail n’a rien à voir avec des vacances. C’était stressant, mais nous avions un plan, et ç’a porté fruits. Nous avons aujourd’hui une personne à temps plein à notre bureau de Paris et plusieurs pigistes qui s’occupent de développer le marché européen. Mais toutes nos opérations demeurent centrées à Montréal. Notre but reste de créer de l’emploi ici – en continuant de devenir plus gros, bien sûr. Ça progresse comme on le souhaite. » Une réussite dont Marie-Françoise s’enorgueillie modestement. « J’essaie seulement de me faire confiance, poursuit-elle. J’écoute ma petite voix intérieure, je lui fais de plus en plus confiance. Quand vient le temps de prendre de bonne décisions, quand il y a des risques et des répercussions, je m’en remets à elle. Parfois on se trompe, parfois on se fait mal, mais on apprend et on continue d’avancer. C’est tout ce qui compte pour moi. »

APPROCHE HORIZONTALE

L’apprentissage et le développement des ressources internes est d’ailleurs le mot d’ordre chez Zone Franche. « On prône l’approche horizontale, affirme Marie-Françoise. Il n’y a pas de silo chez nous. On permet à tous nos employés d’apprendre et de se développer. Il n’y a pas de hiérarchie, on juge que tout le monde peut s’entraider. On fait confiance aux jeunes, ils graduent rapidement et on ne les empêche pas de parler aux clients. Nous cherchons constamment à les faire grandir au sein de la compagnie parce que nous souhaitons garder nos talents. C’est plaisant de voir l’entreprise gagner en expansion, mais ce l’est encore plus de voir des gens grandir comme professionnels sous notre toit. » Et sa plus grande fierté ? « C’est définitivement l’équipe que nous avons montée, lance-t-elle d’un seul souffle. Je leur disais encore à Noël à quel point nous avons un environnement de travail exceptionnel : les idées circulent, les échanges foisonnent. Notre vie de bureau est un plaisir au quotidien. Il y a une grande part de notre réussite que nous attribuons à cela. »

Pour en apprendre davantage sur les activités de Zone Franche, cliquez ici.


La créativité est-elle payante?

À lire maintenant

C’est le temps de bouger avec Jobillico Québec
Les Rendez-vous, c’est bon en «salle»
Weber Shandwick Canada devient le partenaire officiel des JDLC 2019
Neo-Traffic ajoute ses écrans numériques à Campsite
Dirty Devil Vodka et Baskin-Robbins choisissent Torchia Communications
L’ACM et le nabs Canada (bec) annoncent un nouveau partenariat
Annie Paré devient directrice principale chez Uni-Sélect
La créativité est-elle payante?
Frédérick Faubert se joint à Digital Dimension en tant que directeur de création
Podcast : Le gain et la perte de comptes majeurs & La relation client/agence
dada annonce trois nominations
La STM choisit Varibase