Lax-A-Day, pour s’éviter de passer sa vie aux toilettes

le 25 septembre 2017


Afin de promouvoir le laxatif Lax-A-Day, Brad vient de lancer une nouvelle campagne canadienne. Déclinée sur le Web et en télévision, la campagne illustre, par l’exagération, l’efficacité du produit.

« L’approche que Brad a proposée permet à Lax-A-Day de se démarquer positivement dans une catégorie assez conservatrice », a commenté Cristiana Elie, chef de groupe, soins gastro-intestinaux et innovations chez PENDOPHARM.

Pour Carle Coppens, vice-président et directeur de la création chez Brad, « la volonté était de sortir des codes habituels des publicités de laxatifs tout en démontrant l’efficacité du produit. Il y a eu un travail exceptionnel sur la musique ».

L’offensive, qui commence dès aujourd’hui, sera diffusée à l’échelle canadienne.


Crédits

Annonceur : PENDOPHARM, Cristiana Elie, Chef de groupe, soins gastro-intestinaux et innovations
Agence : Brad
Stratégie : Dany Renauld
Service-conseil : Lyne Clermont, Marianie Tô-Landry
Vice-présidence création : Carle Coppens
Chef de groupe création et rédaction : Alexandre Émond-Turcotte
Direction artistique : Mathieu Lacombe
Productrice d’agence : Jocelyne Dubuc
Réalisateur : Nicolas Monette
Production : Gorditos
Productrice : Alexandrine Perras
Musique création originale et son : Apollo
Postproduction : Mels


Lax-A-Day Men mise sur la numérologie

À lire maintenant

McDonald’s s’inspire de la culture du «sneaker»
La Presse lance DADA, un nouveau mensuel numérique
Une édition numérique le dimanche pour les quotidiens de Groupe Capitales Médias
Lancement du groupe Facebook Grenier aux nouvelles
Hunt’s® Canada dévoile son riche héritage agricole avec une nouvelle gamme
Marc-Antoine Perron nommé CCO chez Outgo
La loyauté envers une marque, un concept désuet?
Kangalou confie sa stratégie d’optimisation SEO à My Little Big Web
La Maison W signe l’identité du festival Santa Teresa
Glutenberg : sans gluten et sans complexe
Un pionnier de la baguette française fait peau neuve
L’économie de seconde main : la contribution des Québécois diminue