Couper le bruit grâce à Fenplast

le 18 septembre 2017


Dans sa dernière campagne de communication signée lg2, Fenplast met de l’avant un bénéfice tangible de son produit dans le but d’accroître sa notoriété.

S’éloignant des codes de la catégorie qui tient habituellement un discours plus rationnel axé sur les détails techniques des produits, l’exécution, qui met de l’avant de charmants personnages, se veut humoristique. L’offensive sera en ondes du 10 septembre au 29 octobre.

Rappelons qu’en février dernier, l’entreprise lançait une nouvelle identité visuelle de même qu’une plateforme de marque, maintenant entièrement intégrée par l’ensemble du réseau de détaillants. Cette nouvelle identité a d’ailleurs été exposée dans le cadre de récentes campagnes de promotion directe sur le Web et en radio.


Crédits

Client : Fenplast — Sylvain Arbour
Vice-présidence création : Marc Fortin
Création : Pierre-Luc Loranger, Jean-Christophe Laniel
Service-conseil : Mélanie Châteauneuf, Samuel Bouffard

Production d’agence : Lina Piché

Réalisation : Louis-Philippe Éno
Direction de la photographie : François Dutil

 Maison de prod./Production : Gorditos/Véronique Poulin et Alexandrine Perras

 Post-production : Mels/Coloriste : Steven Mercier, Flame artist : Patricia Fafard
Studio de son/ingénierie : BLVD — Olivier Rivard

Musique : Circonflex

 Montage : Carl D’Amours


IGA s’inspire de ses marchands

À lire maintenant

McDonald’s s’inspire de la culture du «sneaker»
La Presse lance DADA, un nouveau mensuel numérique
Une édition numérique le dimanche pour les quotidiens de Groupe Capitales Médias
Lancement du groupe Facebook Grenier aux nouvelles
Hunt’s® Canada dévoile son riche héritage agricole avec une nouvelle gamme
Marc-Antoine Perron nommé CCO chez Outgo
La loyauté envers une marque, un concept désuet?
Kangalou confie sa stratégie d’optimisation SEO à My Little Big Web
La Maison W signe l’identité du festival Santa Teresa
Glutenberg : sans gluten et sans complexe
Un pionnier de la baguette française fait peau neuve
L’économie de seconde main : la contribution des Québécois diminue