L’Université TÉLUQ dévoile le vrai visage de ses étudiants

le 7 septembre 2017


L’Université TÉLUQ lance sa nouvelle campagne publicitaire visant à présenter le vrai visage des étudiants universitaires à distance. Filmée à la façon d’un storytelling, la campagne plonge dans la vie de trois étudiants ayant un profil totalement différent : Ariane, championne du monde de boxe et étudiante-athlète, Marie-Ève, étudiante en administration et diplômée d’un baccalauréat et Simon, père et étudiant chercheur à la maîtrise.

Martin Noël, directeur général de l’Université, spécifie que cette campagne « reflète concrètement l’ouverture, la flexibilité et la qualité de l’enseignement de l’Université TÉLUQ ».

Pour Nathalie Letendre, directrice du Service des communications et des affaires publiques, il allait de soi de faire appel à des étudiants pour illustrer la persévérance, l’autonomie et la discipline requise dans le choix d’étudier à l’Université TÉLUQ, puisque de plus en plus d’étudiants doivent pouvoir concilier leur projet d’études à leur vie personnelle et professionnelle.

Réalisée en collaboration avec la maison de production FH Studio, la campagne sera diffusée dès le 11 septembre à la télévision et sur le Web. Des affiches dans le métro de Montréal viendront compléter l’offensive cet automne.


Crédits

Client : Université TELUQ
Production : FH Studio


IGA s’inspire de ses marchands

À lire maintenant

McDonald’s s’inspire de la culture du «sneaker»
La Presse lance DADA, un nouveau mensuel numérique
Une édition numérique le dimanche pour les quotidiens de Groupe Capitales Médias
Lancement du groupe Facebook Grenier aux nouvelles
Hunt’s® Canada dévoile son riche héritage agricole avec une nouvelle gamme
Marc-Antoine Perron nommé CCO chez Outgo
La loyauté envers une marque, un concept désuet?
Kangalou confie sa stratégie d’optimisation SEO à My Little Big Web
La Maison W signe l’identité du festival Santa Teresa
Glutenberg : sans gluten et sans complexe
Un pionnier de la baguette française fait peau neuve
L’économie de seconde main : la contribution des Québécois diminue