Dyade recrute Louis-Pierre Lacoursière

le 6 juin 2017


L’entreprise québécoise Dyade Communication poursuit sa croissance en accueillant un acteur d’influence, Louis-Pierre Lacoursière. Expert en gestion de projets linguistiques comptables et juridiques cumulant près de 10 années d’expérience dans l’industrie de la traduction, ce nouveau joueur de l’équipe marque la volonté croissante de Dyade de se démarquer au Québec et au Canada dans la création de rapports annuels et financiers.

Avec Louis-Pierre à la tête des services linguistiques, les services intégrés de l’agence, allant de la création visuelle et numérique à la linguistique, seront plus que jamais soutenus par sa vision d’intrapreneuriat.

En effet, Louis-Pierre n’a qu’un objectif en tête : voir au développement de l’entreprise dans laquelle il travaille en améliorant les processus établis tout en respectant des critères de qualité très élevés. Il voit l’agence Dyade comme une nouvelle occasion de se surpasser et de bonifier chaque élément des services linguistiques. Il veut accompagner le client et bien identifier ses besoins.

Danielle Guilbault, vice-présidente associée, Louis-Pierre Lacoursière, directeur des opérations - services linguistiques et Réjean Leblanc, président fondateur de Dyade

Le Grenier s’est entretenu avec Louis-Pierre, qui explique ce qui l’intéressait chez Dyade, lorsque l’agence est venue le recruter.

Louis-Pierre : Ce qui m’a attiré principalement dans la proposition de Dyade, c’est le fait d’avoir un service vraiment personnalisé, une « approche boutique », comme on dit, le service sur-mesure, un service intégré. C’est aussi le fait que ce soit une boîte de communication qui fait de la création visuelle. Je vois la traduction comme faisant partie d’une gamme de produits qui va servir à appuyer et à déployer l’image de marque de nos clients. Je trouvais ça intéressant.

Vous avez dit vouloir surpasser et bonifier chaque élément des services linguistiques de l’agence. Avez-vous une bonne idée des processus à développer éventuellement ?

Louis-Pierre : C’est sûr que ça passe par différentes approches, mais la méthode de travail qu’on a ici est éprouvée avec des clients qui nous suivent depuis plus de 15 ans. C’est surtout le fait de lier les différents services ensemble. Par exemple, la rédaction des commentaires dans le cadre de la production des rapports de la direction. C’est un des services qu’on offre qui n’est pas très connu. En faisant connaître ce service-là, on démontre que dans une approche intégrée, on est capable de faire un projet de A à Z.

L’image de marque passe par le visuel, mais aussi par les contenus. Notre nouveau leitmotiv c’est « parler avec des images, imager avec des mots ». Le terme Dyade, c’est la complémentarité de deux idées. Pour nous, ces deux idées-là, ce sont deux services qui s’imbriquent l’un dans l’autre pour former un tout afin d’offrir à notre partenaire un service complet de diffusion de son image.

D’ailleurs, comment est-ce qu’on bonifie un rapport annuel et financier ? Ce n’est plus seulement sur papier ?

Louis-Pierre : Effectivement, il y a de plus en plus de Web. On est autant en mesure de faire la version papier que la version Web. Par exemple, pour Investissements PSP, on crée un rapport annuel, qui est un microsite. De plus, il y a un élément technologique pour lequel on a été à l’avant-garde. Ça fait longtemps qu’on offre des PDF interactifs ou accessibles. D’ailleurs, il y a une nouvelle loi — qui est la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario. Pour les gens qui déposent des documents règlementaires, c’est important que les PDF puissent être consultés par des personnes ayant un handicap visuel, auditif ou moteur. C’est un des services qu’on offre : non seulement c’est une bonification, mais ça va devenir une exigence.

Quant au rapport annuel en lui-même, c’est surtout du storytelling, donc on peut bonifier par le fil narratif. C’est la complémentarité des services, c’est-à-dire de rédiger une thématique forte, supportée par des contenus qui sont justes, et décliner cette thématique à travers des visuels percutants.

Donc, toutes les équipes vont travailler de pair avec la création et les services linguistiques ?

Louis-Pierre : Tout à fait. Étant une boîte de communication, on est habitué de recevoir des briefings et d’échanger avec le client. On veut comprendre le client, on veut établir le ton, le message qu’il veut véhiculer. C’est sûr qu’on a des relations de plus longue date ; par exemple, ça fait plus de 15 ans qu’on travaille avec le Mouvement Desjardins. Avec un nouveau client, c’est important pour nous de s’asseoir et de discuter pour mieux connaître leurs enjeux.

Louis-Pierre indique que la finance est une des pierres d’assises de Dyade, mais l’agence se spécialise aussi dans la création de logos, de sites Web et d’emballage. D’ailleurs, la gamme Vetdiet de Mondou est l’une des grandes fiertés de Dyade.

Rappelons que Dyade a récemment remporté un appel d’offres du ministère du Tourisme du Québec, où elle fait de la traduction et de la réécriture de contenu pour la plateforme Web Québec Original.


Dyade s’illustre en communication financière

À lire maintenant

Imago, fabricant de marques
Personnalité de la semaine : Benoit Chapellier (Cossette)
Adib Alkhalidey représenté par ALT
On porte tous un peu le chapeau le 22 avril
KO Média lance Mère ordinaire et di Stasio
Le commerce électronique québécois vole la vedette aux prix eTail 2018
Lucie Veillet et Anne-Hélène Prévost honorées par l’Alliance Médias Jeunesse
Havas Montréal signe une campagne pour le 4/20
Le célèbre colibri de TELUS est de retour
Patiently Awaiting The Meteorite : une fusion des univers des Frères Grand et de Dee
Club illico présentera des longs métrages originaux
Anouk Meunier devient la première ambassadrice québécoise de Clearly