Catherine Maisonneuve

Maddy K : un mariage avec les mariages!

par Catherine Maisonneuve, le 14 juin 2016


Le mariage, la journée la plus importante dans la vie d’une femme, dit-on, où chaque détail compte, où rien n’est laissé au hasard, où le stress est à son comble… Dans le monde de l’événementiel, pour ce type d’événement bien particulier, les spécialistes ne se bousculent pas.

Ces événements sont inévitablement une source de pression immense et les attentes sont souvent démesurées. Pourtant, Maddy K (de son vrai nom : Madeleine Kojakian) en fait sa spécialité depuis une dizaine d’années! Celle qui préfère le terme « Event Designer » pour décrire ses fonctions a la réputation de créer des événements uniques qui font parler toute la ville. La signature Maddy K s’est imposée : soirées aux décors spectaculaires, toujours glamour et surtout mémorables. En plus des nombreux mariages qu’elle organise, tous plus originaux les uns que les autres, la polyvalente Maddy a également fondé le Bridal Boudoir il y a six ans; un événement de type « salon de la mariée » qui regroupe défilés de mode et kiosques « découvertes ». L’objectif de cet événement annuel est d’inspirer les nouveaux mariés pour leur journée spéciale et leur permettre de côtoyer fleuristes, traiteurs, musiciens, spécialistes du décor et bijoutiers, bref tous des fournisseurs sélectionnés par Maddy elle-même. Grenier magazine s’est entretenu avec la « wedding planner » la plus courue en ville sur ce métier qui semble si glamour. Mais qu’en est-il vraiment?

Maddy, pouvez-vous nous guider à travers votre parcours et sur ce qui vous a amené à lancer votre propre agence, Maddy K Events?

Maddy : J’ai fait mes études en économie. Par la suite j’ai travaillé dans le domaine du marketing et du « e-commerce », je gérais des campagnes de marketing et j’organisais des événements. C’est là que j’ai eu un coup de foudre pour l’événementiel! J’ai par la suite lancé mon propre site Web de « wedding planning »… C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à recevoir des appels. Grâce à mon site Web, les gens me demandaient si je pouvais les aider pour leur mariage. De fil en aiguille, ma compagnie a vu le jour. C’est donc en 2007 que je me suis lancée à temps plein là-dedans et, depuis ce jour, je n’ai jamais regardé en arrière…

Pourquoi vous spécialiser dans le mariage? Qu’est-ce qui vous a amené à choisir cette spécialisation dans l’événementiel?

Maddy : C’était une décision d’affaires. De mon point de vue, on ne peut pas être spécialiste dans tout; il faut se trouver un créneau pour se démarquer. Aussi, je suis partie de la prémisse que lorsqu’on travaille en événementiel et qu’on fait des mariages, on peut faire n’importe quel événement. Ce sont les mariages qui sont les plus difficiles à organiser et à gérer, donc les gens se disent : si elle peut organiser un mariage, la journée la plus importante dans une vie, elle peut organiser mon anniversaire, mon party, etc. En affaires, il faut trouver sa niche, faire son nom, faire ses preuves et, à partir de là, grandir!

Quelles sont les étapes de la planification d’un mariage?

Maddy : En planification de mariage, il y a trois phases. Tout d’abord, la planification, soit choisir : la date, l’endroit, la cérémonie, la réception, les fournisseurs (photographe, vidéographe, etc.). Ensuite, la deuxième phase, le design, qui inclut : choisir la thématique, les invitations, le décor, les couleurs, les fleurs, etc. Puis, la 3e phase : la coordination, qui débute 2 à 3 mois avant le jour J. C’est là qu’on gère toute la logistique, la mise en place, l’horaire de la journée, etc. En tout et partout, le processus total s’étend sur à peu près un an.

Comment fonctionne la rémunération d’une planificatrice de mariage, est-ce une commission sur le budget total ou avez-vous des frais fixes selon les services offerts?

Maddy : Moi, j’offre des forfaits à prix fixe, donc dépendamment des besoins, les prix varient. Je ne suis pas une adepte du travail à la commission. Je ne veux pas que mes clients pensent que je suggère ceci ou cela parce que le montant total sera plus élevé et que je ferai plus d’argent. Je veux pouvoir travailler librement et sans malaises… donc mon tarif est fixe! Mes clients savent dès le départ ce qu’ils auront à débourser pour mes services, et ce, peu importe le coût total de leur mariage.

Quels lieux/salles à Montréal sont les plus en demande ? Et ceux auxquels on ne pense pas assez?

Maddy : Le Centre des sciences est la salle la plus en demande actuellement parce qu’on peut la transformer comme on veut, la vue est magnifique et on peut également choisir son propre traiteur. La Gare Windsor est également très en demande, c’est une salle qui nous transporte dans le temps de par son décor, donc dépendamment du style de mariage qu’on veut, le choix de la salle est important. D’un autre côté, les gens ne pensent pas assez aux restaurants. Je crois qu’on a beaucoup de bons et beaux restaurants à Montréal qui peuvent servir de lieux de réception. De plus, tout ce qui concerne la nourriture et l’alcool est géré par eux, ce qui facilite beaucoup les choses. Les gens n’y pensent simplement pas assez souvent…

Quelles qualités doit avoir une planificatrice de mariage hors pair?

Maddy : Il faut absolument être méga-giga organisée. C’est la première qualité d’une planificatrice de mariage. Sinon, le plus important : il faut toujours avoir un plan B et C. Toujours! Il faut également être capable de travailler avec les gens, parce qu’il y a beaucoup de personnes impliquées dans le processus organisationnel : les fournisseurs, la famille des mariés, etc. Ça prend des people skills.

Finalement, parlez-moi de Bridal Boudoir et de l’histoire derrière ce happening que vous avez fondé et comment a-t-il évolué les au cours des 6 dernières années?

Maddy : Cette année, c'était la 7e année de Bridal Boudoir! C’est au retour d’un « wedding show » en Floride que j’ai réalisé qu’il n’y avait rien du genre ici. Pourtant, Montréal est une ville très à la mode, où les femmes sont fashion et ouvertes d’esprit. Tout ce qui concernait le mariage, à Montréal, était dépassé et il n’y avait rien d’adapté aux jeunes femmes branchées. Je voulais aussi que les fournisseurs dans le domaine aient une vitrine pour montrer ce qu’ils avaient à offrir. Ce qui a commencé comme un défilé « fashion » de robes de mariage est maintenant un événement majeur pour inspirer les mariées.

En mars 2016, ce fut la septième édition de l’événement Bridal Boudoir, sous le thème «L'Amour (Love)». Pour l'édition 2015, le thème était plutôt « Jardin Enchanté ». On a déjà hâte de connaître le thème 2017!


Article paru dans le Grenier magazine du 29 février. Pour vous abonner, cliquez ici.



Gala Prix Femmes d'affaires du Québec: Célébrer l'excellence au féminin

À lire maintenant

Gala Prix Femmes d'affaires du Québec: Célébrer l'excellence au féminin
Entourage célèbre ses 15 ans avec une nouvelle image de marque
Rablab accueille quatre nouveaux talents
En route vers l’ouest avec GURU
Pratico Édition lance une nouvelle division
L’industrie du propane se réintroduit avec une nouvelle image
Cannabis Intelligent, l'heure juste sur le cannabis
Un livre de culture bienveillante à votre portée!
Léger, R3 Marketing et Dialog Insight présentent la 5e édition de l’étude LoyauT
L'agence CO-OP devient LABOUR
Dans l’œil de Suzy Truong (Rethink)
Ti-Mé rappelle qu'il faut réduire sa consommation pour mieux recycler