Normand Miron

Relation pigiste-client – Le couple professionnel

par Normand Miron, le 9 juin 2016


Elle n’est en général qu’utilitaire; ponctuelle. C’est une relation « plombier ». Ça déborde? On appelle le pigiste à l’aide. Celui-ci fait ce qu’il a à faire — généralement le soir ou la fin de semaine —, puis on passe à autre chose. Mais il arrive qu’elle prenne une dimension plus profonde. On en jase ici même avec un couple professionnel client-pigiste.

Couple. Dans mon ancienne carrière au service-conseil, j’ai vécu plusieurs vies de couple professionnel. À force de se côtoyer professionnellement jour après jour, de se partager informations, émotions et stress, on vient à développer une intimité professionnelle qui s’apparente à celle d’un couple. Le sexe en moins, les deadlines en plus! C’est aussi possible du côté client-pigiste?

Heidie : Oui, tout à fait. J’ai géré des dizaines de pigistes. On développe des affinités avec certains, alors qu’avec d’autres, ça ne marche pas. Évidemment, je vais privilégier ceux avec qui je connecte. C’est dans ce contexte que Charles et moi avons commencé à collaborer. Ça a cliqué!

Charles : Pour un créatif à la pige, c’est même très souhaitable. En agence, j’étais très, très entouré. Grâce aux services-conseil, aux gens du média, au directeur de création, je n’avais pas besoin de me rapprocher du client. D’autres le faisaient pour moi. Quand tu es à la pige, tu es seul. Cette proximité professionnelle devient donc très importante. Tu l’as dans ta face, le client! Tu dois répondre, expliquer...

Ça implique donc une nouvelle zone collaborative où le client et le créatif jouent — ensemble — un rôle similaire à celui exercé par le service-conseil en agence ?

Charles : On devient une team. Je dois comprendre complètement sa réalité, ses contraintes organisationnelles et budgétaires. Plutôt que de me battre contre celles-ci, je vais essayer de les contourner. Le client n’est plus quelque chose à casser ou à amener de mon bord. On travaille ensemble.

Heidie : Le fait de travailler avec des pigistes implique obligatoirement une collaboration plus serrée. De cette proximité naît la confiance. Plus la relation se prolonge, plus elle devient solide!

Heidie Langlois, directrice principale marketing, divertissement, D-Box

Qu’est-ce qu’elle apporte de plus, cette solidité ?

Heidie : Faire des affaires avec des pigistes, en tant que cliente, c’est beaucoup plus d’énergie que de collaborer avec une agence. Une relation solide fait donc toute la différence dans le niveau d’énergie et de temps à investir sur un projet. Avec Charles, on n’a même pas besoin de se parler pour se comprendre!

Charles : Entre les réunions — parfois même durant celles-ci! —, Heidie et moi, on va se voxer pour régler en catimini les embûches qui se présentent devant nous. J’ai jamais fait ça avec un autre client! (RIRES) Professionnellement, ça permet aussi d’arriver avec des idées qu’on n’aurait peut-être pas explorées si ce n’était de cette proximité. La confiance, c’est très nourrissant pour un créatif.

Heidie : Et très rassurant pour une cliente! (RE-RIRES)

C’est à la portée de tous, cette vie de couple professionnelle ?

Heidie : Ça dépend des caractères. Moi, j’aime mettre les mains dedans. Mais j’ai pas de temps à perdre, faut que ça rentre au poste. Donc, comme tu le dis dans ton pizzcast, on est condamné à solidifier cette relation au plus vite. Sinon, je dois jouer à la maîtresse d’école. Je n’ai pas le temps de mettre mes gants blancs pour expliquer pourquoi tel ou tel concept ne passe pas.

Charles Paquin, créateur, charlespaquin.com

Le pigiste idéal, il est comment?

Heidie : Comme Charles! Il est talentueux, à l’écoute. Il s’implique. Il comprend ma réalité. Il n’est pas qu’un fournisseur de services, il se sent à part entière dans l’entreprise. Il est là pour m’aider; pour me faire aller plus loin. Et non pas pour prendre des commandes.

Et la cliente idéale ?

Charles : Comme Heidie! Elle est une leader née. Elle est dynamique, ouverte et franche. Elle est capable de sortir de sa zone de confort. Elle me laisse de la corde. Parce qu’elle me fait confiance, je m’investis à fond. Heidie, c’est une star!

Podcast : Histoires de couple professionnel

Vous vivez une vie de couple professionnelle ?
Joignez-vous à nos pointes de conversation sur Twitter via le #GrenierMag et @pizza4all.


Article paru dans le Grenier magazine du 22 février. Pour vous abonner, cliquez ici.



Le Grenier en bref passe en mode hebdomadaire

À lire maintenant

Bloom parmi les Canada’s Top Growing Companies du Globe and Mail
En route vers la 13e édition des Prix Format Libre
Hula Hoop signe le nouveau site internet de Prompt
Capital-Image lauréat aux Prix d'excellence de la SCRP
Le Virage Vert d'Axial
Cheekbone Beauty est lancée sur Sephora.ca
Sébastien Thibault illustre un dossier spécial pour Le Devoir
Tout pour être vous avec Jean Airoldi
Plus de succès avec les courtiers immobiliers
La SAAQ propose la méditation en repensant le lave-auto
Le Réseau express métropolitain choisit Accordex
Redéfinir la notion de propreté avec The Unscented Company