Un texte disrubigviral

par Gabriel Allaire, concepteur-rédacteur (TP1), le 16 mars 2016


Dans le cadre du Mois de la francophonie, TP1 présentera une série de quatre textes sur le français. Le thème de cette semaine : les buzzwords.

Au premier contact, ils produisent toujours le même effet : des yeux en point d’interrogation et la tête qui acquiesce machinalement. On les aime autant qu’on les hait, ces mots vides de sens qui veulent tout dire, les précieux buzzwords. Ou, en français, magnifiques jargonneries.

Leur utilisation abusive forme un brouillard autour de leur définition, ce qui donne à ces termes un air de formules vaudou tirées d’un grimoire. Alors, ensemble, laissons entrer la lumière.

Explorons leur étymologie en disséquant trois savoureux exemples.

Disruption (du latin disruptum de disrumpere, rompre)

Définition d’Antidote : Ouverture brusque d’un circuit électrique. Dans une industrie où il faut être brillant et percutant, l’image est d’une justesse remarquable. Mais à trop l’utiliser, on diminue son impact. Aujourd’hui, tout doit être disruptif. Mets-en dans tes idées, dans ta stratégie, dans ton pad thaï au tofu du midi. On en veut. Partout.

Big data

Le truc sonne orwellien, on ne se le cachera pas. L’expression serait apparue en 1997. Ici suit sa vague définition : c’est un lot d’informations si énorme et complexe que son traitement requiert des méthodes différentes de celles utilisées habituellement en gestion de données. Ouf. Respirons un peu.

Sa signification est large et sa dimension infinie. Si tu n’es pas familiarisé avec la bibitte, normal que tu aies l’impression de plonger en pleine science-fiction.

Viral

Danger : adjectif radioactif. À force d’y être exposés, les créatifs ont développé des maux de ventre; les stratèges, des migraines. Cet adjectif est un emprunt au lexique médical. Relatif au virus, le terme a infecté le vocabulaire des communications. Il désigne aujourd’hui la propension d’un message à se répandre rapidement. Faites sonner l’alarme : il a contaminé… tous… les… briefs. Si l’on veut conserver une industrie en santé, il va falloir se calmer un peu avec cette histoire de viralité. Prenons une tisane. Continuons la recherche de bons insights. Et nous pourrons en créer, des campagnes virales.

Des mots-clés

Qu’on les aime ou non, ces mots méritent leur place. Les experts les dénichent ou les créent pour combler un vide langagier. Ils ne sont pas conçus aléatoirement dans une usine linguistico-nucléaire, par des ouvriers de la langue qui martèlent Bescherelle et dictionnaires afin d’assembler des mots-PowerPoint.

Par contre, si tu as envie de jouer à l’ouvrier de la jargonnerie, visite ce site.

Bon, ben, c’est ça… Onsevoitsmainepro.

-

Gabriel Allaire, concepteur-rédacteur chez TP1


Tink conçoit la nouvelle image numérique de VIA Rail Canada

À lire maintenant

Tink conçoit la nouvelle image numérique de VIA Rail Canada
Le studio Alice & Smith apprend 298 phobies humaines à Google AI
L'univers de Van Gogh dans une campagne de Bloomfield Kooper
Une campagne d'affichage d'Atypic met en lumière des causes mal-aimées
Émilie Poirier lance le livre « MixWeb des fondations et des organismes sans but lucratif»
Un mandat du CIUSSS Nord-de-l’Île-de-Montréal pour Braque
M.A L’Allier Relations publiques mandatée par les Championnats du monde ISU de patinage artistique
CamdenX: les avantages de faire partie d’un groupe international
OUTFRONT signe un nouveau partenariat avec BIXI
Louis Duchesne devient président du conseil d'administration de l'A2C
Hula Hoop rafraîchit l'identité de l'entreprise verte Electrobac
Pharmascience dévoile une première campagne télé sur l'achat local