Tous

Intelligence émotionnelle : les outils d'une bonne communication

par Garance Fielding Philippe - BEC Québec

OBJECTIFS

  • Comprendre les subtilités du processus de communication verbale
  • Discerner les grands piliers de l’intelligence émotionnelle et comment ces concepts impactent nos échanges
  • Identifier les rôles et responsabilités des instances de discussion : émetteur·trice et récepteur·trice

À l’issue de cette formation, les participant·es auront acquis·es des astuces pour recevoir avec empathie, adopter une position d’ouverture envers son interlocuteur·trice, et émettre un message avec clarté, bienveillance et intégrité.

DESCRIPTION

Entre 10 et 16 mois, ont dit nos premiers mots. Vers 2 ans, ont fait des phrases courtes. Mais à quel âge apprend-on réellement à communiquer?

Combien de fois avons-nous entendu « la communication, c’est la clé »? Pourtant, beaucoup d’entre nous s’y prend – de manière générale involontairement – de façon plutôt maladroite ; pressé·e·s de prouver son point, avoir le dernier mot, dsitrait·e par mille et une autres choses que ce dont il est question.

L’art de communiquer sans ambiguïté et avec présence, attention, authenticité, n’est pas chose simple.

La communication étant intégralement présente dans toutes les sphères de nos vies, on vous invite ici à prendre un humble pas de recul pour pousser votre réflexion en la matière et décomposer les mécanismes à mettre en place pour parvenir à mieux entendre, à mieux partager.

PLAN DE FORMATION

  1. Introduction : mise en contexte et principes fondamentaux
     
  2. Connaître et reconnaître
    - Identifier son style de communication et sa portée
    - Conscience des obstacles potentiels : état d’être et contexte
     
  3. Faire preuve d’empathie
    - Les grands principes de l’intelligence émotionnelle
    - Notions et nuances : empathie, sympathie et compassion
    - Les dos and dont’s
    - L’importance du vocabulaire : bien choisir ses mots
     
  4. Communiquer, c’est écouter
    - Savoir écouter avec attention
    - Comment poser ses questions
    - Exprimer ses besoins
    - Attitudes non verbales qui parlent fort

      5. Conduites qui participent à l’éclatement d’un conflit

      6. Enjeux, défis et solutions en milieu de travail 
        - Meilleures pratiques
        - Stratégies professionnelles et d'organisation

Qui devrait suivre cette formation ?

Cette formation s’adresse aux individus cherchant à se familiariser aux principes de communication empathique et parfaire leurs aptitudes communicationnelles. On parle ici aux professionnel·les de niveau débutant et intermédiaire qui souhaitent se doter d’outils pour avoir une meilleure capacité à percevoir l’information, les émotions et les intentions; tout en s’équipant de stratégies pour faire passer un message avec aisance et acuité.

Qui est le formateur ?

Garance Fielding Philippe
Garance Fielding Philippe - BEC Québec
Le parcours académique et les intérêts de métiers de Garance ont longtemps été tournés vers les arts de la scène, le divertissement, et les événements grand public. Le vent a changé alors qu’elle s’est jointe à la Factry, une école des sciences de la créativité où elle s’y affaira comme productrice au contenu. Elle consacra la majorité de son temps à développer et peaufiner des parcours d’apprentissage ludiques mettant de l’avant les « soft skills », ces compétences non techniques essentielles qui supportent la réussite d’une équipe en milieu de travail, autant sur le plan interpersonnel que professionnel. Désormais à la gestion du bec, où elle se rapproche considérablement de son X, mariant son penchant naturel pour les implications philanthropiques – notamment active auprès de l’organisme communautaire Les Accordailles, Opération Père Noël, Hema Québec, et la Fondation Mira – à son emploi quotidien. Fille d’une mère travailleuse sociale et d’un père psychologue l’ayant grandement conscientisé aux enjeux cognitifs, émotionnels et comportementaux, au bec, Garance se donne la mission d’informer et sensibiliser le plus de personnes possibles à la conscience de soi, et des autres. Parce qu’être bon c’est bien, mais être bien c’est mieux.