François Laganière (Publireportage)

Tapage se régale à La Cage aux Sports!

par François Laganière (Publireportage), le 25 février 2011


Tapage Communication trouve que la nouvelle publicité télé de La Cage aux Sports va faire beaucoup de bruit! En effet, l'ambiance sportive, le plus grand élément de différentiation de La Cage aux Sports, est mise en valeur par le jeu du contraste. D'un côté, il y a l'insight: la routine des repas en couple, un souper platonique, apparemment pas très savoureux dans une ambiance certainement pas très excitante. Le quotidien, prévisible et sans saveurs… Le rythme lent, le dialogue forcé, les couleurs fades, tout concorde pour rendre ce moment bien peu excitant. D’autre part, il y a la salle à manger de La Cage aux Sports avec ses couleurs chaudes et son activité fébrile. La scène du repas à deux dans la cuisine du couple est entrecoupée de flashs très courts qui illustrent toute l’ambiance qu’on retrouve à La Cage aux Sports; dans son subconscient, le gars voudrait bien y être! L’idée fait son chemin pour devenir omniprésente jusqu’au point culminant: l’association visuelle et sonore entre Les Croûtes Minces et toute l’excitation de la gang lorsque leur équipe marque un but.

Go Alfred, go pour cette belle et bonne pub!

François Laganière
Vice-président, Développement des affaires, Tapage Communication, 450-971-1395, poste 102
www.tapagecommunication.com


Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position

À lire maintenant

Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?
La revanche des bonnes nouvelles