Mathieu Halle (RCEQ)

Détaillants québécois, on se retrouve en ligne pour Noël?

par Mathieu Halle (RCEQ), le 24 novembre 2014


Oui mais… Quel Noël? Cette année encore, une grande majorité d’entre nous va dépenser quelques centaines de dollars en cadeaux de Noël pendant une période de temps très courte. Les centres d’achats seront très fréquentés, tout comme les sites en ligne de nos détaillants.

Du moins pour certains d’entre eux. Malheureusement pas la majorité. Les plus avant-gardistes sont en ligne depuis un certain temps, avec un succès certain. Félicitations à vous d’avoir pris les risques nécessaires, d’avoir remis en question votre modèle d’affaires traditionnel «briques et mortier», d’avoir su consolider votre clientèle se déplaçant dans vos boutiques et votre clientèle se rendant sur votre site de commerce en ligne. Vous êtes des pionniers et je l’espère, serez des inspirations pour vos confrères.

Car une majorité d’entre eux n’y sont pas encore. De ce fait, il manque des opportunités d’affaires, des opportunités de croissance et sûrement, des opportunités de s’ouvrir à d’autres marchés.

Réussir la transition du traditionnel au numérique, «brick and click», est largement faisable. Lancez-vous donc! Cessez d’être frileux et étudiez dès aujourd’hui les options qui sont disponibles. Le Regroupement des commerçants électroniques du Québec (RCEQ) est aussi là pour ça. Contactez-nous, nous vous écouterons et vous conseillerons les meilleurs spécialistes en fonction de vos objectifs d’affaires en ligne et de critères d’évaluation préétablis. N’ayez plus peur. Le commerce en ligne se maîtrise de nos jours et il ne faut plus l’ignorer.

Parce que l’on observe de plus en plus l’effet inverse du «brick and click». Des «pure players» (commerçants en ligne uniquement) passent à l’action et ouvrent des boutiques physiques. Prenez le seul exemple de Frank&Oak qui vient d’annoncer l’ouverture de plusieurs points de ventes. Un article en ligne de Retail Insider en parle d'ailleurs. Vous pouvez également lire l'article 10 pure players qui investissent dans le mortar en ce qui concerne le marché français.

Il y a plusieurs avantages pour les commerçants en ligne d’ouvrir des boutiques physiques. Premièrement, voici plusieurs années qu’ils collectent des données sur; l’emplacement géographique de leurs clients, le panier d’achat moyen, les habitudes de consommation, l’âge, le sexe, la situation familiale, emploi, etc.

Ainsi, ils ont à leur disposition la meilleure étude d’achalandage qui soit pour ouvrir des boutiques de façon stratégique, se rapprocher de leur clientèle qui se sentira privilégiée, fournir uniquement les produits les plus susceptibles d’intéresser cette clientèle et étendre physiquement leur présence, leur réseau, leur marché.

Enfin, ils pourront également utiliser l’arrière des boutiques (stockage des produits) comme point de départ de leur colis commandés en ligne «localement» et ainsi réduire les coûts d’opérations dus au transport, surtout si celui-ci était fait auparavant depuis un seul et unique emplacement, pour des livraisons à la grandeur du pays.

Le commerce de détail doit s’adapter au commerce électronique. Le commerce électronique arrive lui à s’adapter au commerce de détail. Il y a donc ici des enseignements à tirer. Il y a surtout des opportunités d’affaires à saisir.

Détaillants, n’hésitez plus et offrez-vous une présence en commerce en ligne pour la prochaine année.


5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL

À lire maintenant

5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes
20 ans d'entrepreneuriat, 20 ans de transformation
Faux pas à éviter quand on commence un nouvel emploi