Cohn & Wolfe | Montréal

Organismes et communication: un bon mélange

par Cohn & Wolfe | Montréal, le 14 novembre 2014


Malgré leur mission louable et toute leur bonne volonté, les organismes culturels de tous les horizons ne sont pas toujours en mesure de communiquer adéquatement avec leurs publics. Les organismes de plus grosse taille ont souvent le luxe d’avoir une équipe de communicateurs à l’interne, qui est parfois à cheval sur de nombreux projets. Où trouver le temps pour faire parler des expositions en cours et des artistes qui font partie de leur giron?

Qu’il s’agisse d’un manque de temps ou de moyens financiers, le recours aux services d’un cabinet de relations publiques n’est que rarement une solution envisageable – du moins, pour le long terme. Cependant, les organismes culturels auraient tout à y gagner en allant chercher de l’aide auprès de ces professionnels. Ces derniers peuvent les aider à atteindre plusieurs de leurs objectifs: attirer plus de donateurs, augmenter leur notoriété et leur, séduire un nouveau public, faire la promotion de leurs bons coups, etc. Les consultants en relations publiques et en communications sont en mesure d’élaborer et d’appliquer des stratégies de communication efficaces.

Plusieurs stratégies de communication se prêtent aux organismes culturels, dont les campagnes de relations médias. Ponctuelles et faciles à organiser, ces campagnes permettent à tout dirigeant ou organisation de se faire connaître auprès des médias pour maximiser les retombées. Mieux encore, elles ne nécessitent pas toujours l’aide d’une tierce partie. Il n’y a qu’à maîtriser les principes de base : bien connaître les journalistes qui traitent de la culture et proposer un angle qui serait d’intérêt pour eux, tout en soulevant un élément de nouvelle. En approchant les journalistes, il faut toujours garder en tête qu’un sujet devra se démarquer et être en mesure d’imaginer le traitement de presse qu’il pourrait avoir ensuite. Qu’est-ce que l’on cherche à dire, que devraient retenir les lecteurs ? Il est ainsi primordial de définir le message principal.

On en parle souvent depuis les dernières années, mais nous ne le répéterons jamais assez: les médias sociaux et la présence sur le Web sont de plus en plus importants. Peu importe la taille de l’organisme culturel, un site web fonctionnel et à jour est primordial; il s’agit souvent de la meilleure vitrine pour se présenter.

Finalement, il ne faut pas hésiter à faire appel à des professionnels lorsque la situation le requiert, par exemple lors d‘une gestion de crise (pensons à la controverse entourant le TNM il y a quelques années avec la venue de Bertrand Cantat dans une pièce de Wajdi Mouawad). Les professionnels des relations publiques sont les mieux équipés pour donner des conseils judicieux, d’autant plus que leur regard externe permet un meilleur recul.

________________________

Par Yvanca Lévy, chargée de projets chez Cohn & Wolfe | Montréal, en collaboration avec Olivier Gagnon, chargé de projets chez Cohn & Wolfe | Montréal.


Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position

À lire maintenant

Quel salaire souhaiteriez-vous?
Bon coup médiatique: Lion électrique
Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser