Jeanne-Ermine Michel

Adapter son CV pour le marché québécois: astuces et conseils

par Jeanne-Ermine Michel, le 8 mars 2018


L’outil le plus important dans votre recherche d’emploi: le curriculum vitae. Aux yeux des Français, le CV québécois est différent. Parlons déjà de tous les détails personnels que vous ne devez pas inscrire: votre âge, votre situation maritale, si vous avez le permis ou non. Autre différence majeure, ici, il n’y a pas de photo. Il faut que votre CV ne dispose pas d’éléments qui pourraient vous discriminer.

J’ai assisté récemment au TruMontréal, un événement qui rassemblait des personnes travaillant dans les ressources humaines. Je vous assure qu’un CV, même s’il peut apparaître très bon, pourra être rejeté s’il présente un élément qui ne devrait pas s’y trouver. Si cet événement vous intéresse vous pouvez lire mon compte rendu sur mon blogue.

Note: ici on parle de blogue et non de blog.

Dans la pratique, un CV à la mode québécoise ça donne quoi?

Le CV n’est pas forcément sur une page. J’avais souvent du mal à écrire tout sur une page; au Québec vous pouvez prendre plus d’espace et disposer vos expériences sur deux pages. Je vous conseille néanmoins de ne pas dépasser les deux pages.

Dans la partie «coordonnées», vous inscrivez votre nom, prénom, numéro de téléphone et mail (ici, on parle de courriel). Vous n’êtes pas obligé de mettre l’adresse, même si je pense que ça peut avoir un intérêt, si par exemple, vous habitez à proximité de l’entreprise (d’un autre côté, vous n’aurez plus de raison d’être en retard!).

Ensuite, vous vous attaquez à une partie très importante: le titre, c’est-à-dire le poste que vous recherchez. Vous allez aussi expliquer en une très courte phrase votre objectif. Par exemple: je souhaite travailler en tant qu’infirmière à Montréal. Réfléchissez bien à cette phrase, car elle peut avoir beaucoup d’importance sur votre CV et pendant l’entretien. On m’a déjà posé cette question durant une entrevue (ici, on parle d’entrevue plutôt que d’entretien).

Je vous conseille ensuite de commencer par vos compétences. Vous pouvez reprendre à la suite: vos expériences professionnelles, votre formation et vos intérêts. Pour les intérêts/passions, essayez de mettre quelque chose qui puisse vraiment vous différencier. Par exemple, si vous aimez le cinéma précisez une particularité: vous êtes peut-être fan des films asiatiques? Les maîtres mots dans la rédaction de votre CV: être le plus précis possible, toujours penser concret et si vous pouvez donner des chiffres, n’hésitez pas.

A ne pas oublier: rédigez aussi un CV en anglais et faites le relire par un anglophone. Quand vous postulez pour un poste où il faut un très bon niveau d’anglais, voire être bilingue, c’est toujours un plus d’envoyer les deux CV.

Vous trouverez énormément d’aide sur le web. En arrivant ici, vous pouvez vous faire aider par le CITIM et l’OFII. EN France, n’hésitez pas à passer à l’OFQJ. Mon conseil: un CV ne doit pas être figé, je travaille régulièrement sur le mien. Je le montre aussi au plus de personnes possibles, pour avoir leur retour et ainsi l’améliorer. Parfois, ça peut même être une approche pour vous créer un réseau. Cela sera le sujet d’une prochaine chronique.

Bon courage et à bientôt pour une prochaine chronique.

JeMLaCom

Pour me joindre:
Blogue: http://jmlacom.wordpress.com/
Linkedin: https://www.linkedin.com/in/jeanneerminemichel
Twitter: https://twitter.com/padme42
Mon courriel: [email protected]


Hausse salariale: comment s’y prendre?

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes