Richard Leclerc (Publici-Terre)

Alertes Ébola

par Richard Leclerc (Publici-Terre), le 30 septembre 2014


En attendant de recevoir vos réalisations en publicités sociétales et humanitaires à l’adresse [email protected] pour que nous en parlions dans les prochaines chroniques, je me permets de vous illustrer comment Publici-Terre peut intervenir sur demande à toute cause, qu’elle soit d’ici ou d’ailleurs.

Enseignant en Afrique depuis 2005, et notamment à Abidjan depuis 2012, j’ai été invité récemment par l’Institut national de la santé publique de Côte d’Ivoire à superviser la mise en place d’une stratégie marketing pour sensibiliser la population de ce pays de l’Afrique de l’Ouest à la progression du virus Ébola dans les pays voisins. J’applique, dans ce projet comme dans les autres qui me sont soumis, autant sur le plan sociétal que commercial, une méthodologie très simple pour construire un plan marketing en répondant à neuf questions.

Plan marketing en 9 questions

1- Qui parle? La source – l’Institut national de santé publique de Côte d’Ivoire

2- Qu'a-t-on à dire? Les objectifs de communication – sensibiliser et prévenir, apprendre à reconnaître les symptômes et éviter tout contact avec une personne contaminée

3- À qui parle-t-on? Le(s) public(s) ciblé(s) – les médias, les professionnels de la santé, les chefs de villages ou de quartiers et la population en général

4- Pourquoi parle-t-on? Les objectifs marketing – aucun cas déclaré à ce jour en Côte d’Ivoire; s’assurer qu’on puisse rapidement reconnaître les symptômes afin d’éviter toute progression du virus dans le pays

5- Que veut-on que les gens sachent ou pensent? Positionnement – beaucoup de cas déclarés dans les pays limitrophes, ce qui entraînent beaucoup de décès

6- Que veut-on que les gens fassent? Axe de communication – si on reconnaît des symptômes, aviser immédiatement l’Institut de santé publique afin d’isoler les personnes potentiellement atteintes

7- Avec quoi le dit-on? Médias, canaux de communication, événements – affichage, textos et réseaux sociaux

8- Comment le dit-on? Message(s) – visuel simple à décoder, en tenant compte du haut taux d’analphabètes au sein de la population

9- Combien ça coûte? Budget et échéancier – urgence, ça se passe maintenant dans les pays voisins

Je suis donc en contact avec les équipes de communicateurs qui travaillent présentement dans ce dossier, via skype. Je leur ai proposé un visuel simple, le mot Ébola où le « o » est remplacé par une tête de mort, comme sur les drapeaux de pirate, pour permettre même aux gens ne sachant pas lire de se questionner sur l’apparition de ce visuel dans leur environnement public. Je leur ai aussi proposé de lancer un site web pour communiquer avec les médias et les leaders d’opinion: alerteebola.ci. J’ai aussi créé un blogue pour pouvoir communiquer avec les premiers intervenants: http://alerteebola.blogspot.ca. À suivre.

____________________________

Causes? Toujours!
Richard Leclerc, concepteur-réalisateur
Publici-Terrewww.reseaupubliciterre.org


Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes