Aurélie Ponton (Dialecto Web)

Engager un rédacteur: 3 erreurs à éviter

par Aurélie Ponton (Dialecto Web), le 26 août 2014


Vous en êtes à l’étape d’embaucher un rédacteur à l’interne? Excellente nouvelle! Seulement, faites attention, car c’est une tâche qui n’est pas de tout repos. Pour dénicher la perle rare, il y a parfois beaucoup à faire et à savoir.

Voyez, ci-dessous, quelques erreurs à éviter si vous souhaitez trouver le bon rédacteur web.

Erreur 1: Ne pas faire passer un test au candidat en rédaction.

Personnellement, j’aime toujours faire passer un test aux rédacteurs dont le profil m’intéresse. Je trouve que c’est une excellente façon de voir comment ils gèrent la pression et le stress d’un environnement aux délais serrés.

Mon avis est qu’en entrevue, c’est bien facile de se vendre. Mais rien de tel qu’un contexte réel pour comprendre les vrais impératifs du boulot. Dites-vous que c’est un service que vous rendez à votre entreprise et aussi au candidat en question. S’il n’est pas taillé pour faire le travail, il le saura plus tôt que trop tard.

Erreur 2: Ne pas demander au rédacteur de montrer ses réalisations.

Comment voulez-vous recruter le bon rédacteur si vous n’avez pas la moindre idée de ce que le candidat en face de vous est capable de faire? Pour éviter cette situation embarrassante, tournez-vous vers la solution du portfolio. Vous organisez une entrevue avec un candidat potentiel? Mentionnez-lui que vous souhaitez consulter ses réalisations avant votre rencontre.

Une fois le document en main, faites-en une lecture approfondie. Voyez ce que vous aimez et ce qui vous plaît moins. Vous pourrez connaître le style du rédacteur et voir s’il colle avec ce que vous recherchez pour votre entreprise.

D’entrée de jeu, vous pourrez éliminer les candidats qui ne travaillent pas comme vous le souhaitez. Vous ferez aussi gagner du temps à votre équipe et aux candidats qui ne conviennent pas.

Erreur 3: Ne pas savoir ce que vous souhaitez faire rédiger chez vous.

Vous n’avez pas idée du nombre de documents (Web et non-Web) qu’un rédacteur doit corriger, optimiser pour le web, réviser carrément, écrire en entier. Il est très fréquent qu’il doive passer de la rédaction marketing à l’animation de communauté le tout en intégrant, ici et là, de la rédaction plus administrative.

Si vous avez une petite perle de rédacteur entre les mains, il saura jouer adéquatement avec son style et vous serez satisfaits. Mais vous devez bien le briefer. Pour un rédacteur, il est nécessaire de connaître les bases de l’organisation pour laquelle il doit écrire. Et pour y arriver, il a besoin de ressources (contenus existants, plan de communication, personnel capable de l’aiguiller, etc.).

Très souvent, le rédacteur est embauché à l’interne, car il y a une économie à réaliser par rapport aux rédacteurs que vous devez payer comme des pigistes. Mais si vous ne savez pas comment les diriger, vous ne gagnerez pas d’argent; vous en perdrez (et beaucoup!).

Conclusion? Soyez préparés!

Pourquoi recrute-t-on du personnel? Pour permettre une croissance de son entreprise. Seulement, pour engager un rédacteur et que l’expérience soit concluante à l’interne, il faut être préparé à le recevoir.

Documentez vos besoins, informez-vous sur les compétences réelles recherchées, soyez au courant du volume de contenus éditoriaux à produire, etc. Vous n’en saurez jamais trop! Et en cas de doute, faites intervenir un consultant (en communication ou carrément un rédacteur) pour vous guider. Ça peut s’avérer un investissement très judicieux.


L’internalisation et l’externalisation du marketing numérique

À lire maintenant

Optimiser son ROI, un sport accessible à tous !
L’internalisation et l’externalisation du marketing numérique
Bon coup médiatique: Marc Bergevin
Une saison à ne jamais oublier
Mauvais coup médiatique: CHOI Radio X
Agence VS Client
Le marketing d’influence, ça mange quoi en automne?
Marketing web : peut-on le faire soi-même ?
Bon coup médiatique: Nathalie Normandeau
Faites-vous des bévues sur vos médias sociaux ?
Bon coup médiatique: Guy Lafleur
Inclusion au travail: reconnaître nos biais inconscients