Viaconseil

Les jeunes diplômés prêts pour la relève!

par Viaconseil, le 5 mai 2014


Ils sont jeunes, ils sont confiants, ils sont prêts à partager leur enthousiasme avec le monde entier! Les jeunes diplômés débarquent sur le marché du travail ! Mais qui va les embaucher? Souvent, ils n’ont pour toute expérience professionnelle qu’un petit stage ou deux à leur actif… Ils ont soif d’apprendre et d’expérimenter, mais encore faut-il que quelqu’un leur laisse cette chance! Faites-vous partie des employeurs qui sont prêts à faire confiance à une personne fraîchement arrivée sur le marché du travail?

Pas toujours facile de laisser la chance au coureur

On le répète depuis longtemps, les baby-boomers quittent progressivement les postes qu’ils occupent. Plusieurs employeurs doivent donc embaucher des nouvelles ressources. Ils se retrouvent souvent devant un choix : embaucher un jeune fraîchement diplômé, ou se tourner vers un employé d’expérience. Pour certains, la question ne se pose pas. Le manque d’expérience de la première catégorie pèse trop lourd dans la balance, ils misent donc sur des employés ayant un bagage de connaissances plus développé. Ils redoutent de perdre temps et argent à former un employé qui n’a pas, selon eux, les qualifications requises.

Le jeune qui termine ses études pourrait également se retrouver devant une situation paradoxale: la surqualification. Par exemple, celui qui vient de terminer sa maîtrise va postuler pour des emplois ne demandant pas d’expérience. Or, l’employeur sera tenté de lui répondre qu’il est surqualifié pour ce poste, vu ses études, qu’il devrait tenter sa chance sur un poste moins junior. Mais les postes plus complexes demandent un minimum d’expérience. On se retrouve face à un cercle vicieux…

Des avantages à ne pas négliger!

Le jeune qui vient d’obtenir son diplôme offre pourtant de nombreux avantages! Certes, il n’a que peu ou pas d’expérience, et il devra être formé de A à Z. L’investissement immédiat pourrait donc être plus grand qu’avec un employé cumulant plusieurs années d’expérience. Toutefois, il est motivé, prêt à s’investir, et ne demande qu’à appliquer la théorie qu’il vient d’apprendre, en la bonifiant avec de nouvelles expériences de travail. Il est formé aux dernières techniques, et comme il ne connaît pas encore les cultures d’entreprise, il pourra s’adapter sans difficulté à celle qu’il rencontrera dans son premier emploi, ainsi qu’aux méthodes de travail auxquelles il sera confronté. N’oubliez pas qu’un jeune diplômé que vous embauchez désirera faire ses preuves, afin de vous démontrer que vous avez fait le bon choix. Fixez-lui des objectifs réalisables, soutenez-le et communiquez-lui bien vos attentes. Les chances sont bonnes pour qu’il s’implique dans l’équipe et dans l’entreprise. Qui sait, il pourrait même devenir un bon exemple de motivation pour ses collègues!

Un autre avantage non négligeable se situe au niveau des coûts. Comparativement à un employé cumulant plusieurs années d’expérience, le candidat qui vient tout juste d’obtenir son diplôme aura des attentes salariales moins élevées. Selon les études de rémunération du marché, vous pourrez en effet vous baser sur la notion de la très courte expérience pour offrir un salaire moindre, qui demeurera très équitable pour lui.

Finalement, qui dit jeune diplômé dit génération Y. Et cette génération a l’avantage d’avoir un savoir presqu’inné en matière de technologies ! Une telle facilité avec les différents systèmes peut certainement représenter un atout de taille pour toute entreprise!

Mais par où commencer ?

Si vous désirez donner une chance à un jeune qui débute sa carrière, vous devez avant tout observer les candidatures avec une ouverture d’esprit. Portez une attention particulière aux candidatures spontanées; elles démontrent un esprit d’initiative. Quand vous recevez un curriculum vitae, ne vous arrêtez pas seulement à l’absence d’expériences de travail en lien avec le poste que vous avez affiché. Regardez plutôt les expériences extra-professionnelles et les intérêts. Placez-les dans le contexte de votre entreprise, et si vous trouvez qu’elles représentent les mêmes valeurs que celles que vous véhiculez, prenez la peine de rencontrer le candidat. Il pourrait vous impressionner avec une maturité développée, ou encore avec un esprit analytique très pointu!

Mais plus que tout, tentez de voir le potentiel à long terme. Une ressource jeune et dynamique peut apporter dans l’équipe un regard neuf qui motivera les troupes déjà présentes ! Assurez-vous de développer ses compétences réelles, de lui faire confiance. En bout de ligne, vous pourriez être surpris des résultats.

Si vous doutez toujours de la justesse de recruter un jeune finissant, dites-vous que vous contribuez à offrir à une ressource du futur des bases solides pour sa carrière. En aidant une personne pleine de potentiel brut à se positionner sur le marché du travail, vous pourriez vous retrouver à jouer un rôle très inspirant de mentor auprès d’un jeune plein d’avenir!

Et vous, vous souvenez-vous de la personne qui vous a laissé votre première chance sur le plan professionnel?

Par VIACONSEIL


Hausse salariale: comment s’y prendre?

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes