Nectarios Economakis (PNR)

Le secret pour gouverner le Québec

par Nectarios Economakis (PNR), le 6 mars 2014


Attention! Cet article va traiter de sujets politiques. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas parler de sujets d’actualité mais plutôt de marketing. De toute façon, je crois que vous allez avoir assez d’informations à propos des élections provinciales au cours des prochaines semaines.

Alors, de quoi va-t-on parler? D’un point de vue marketing, les élections politiques sont très intéressantes. Les partis politiques sont de grosses machines de communication qui sont souvent à la fine pointe du marketing et de l’utilisation des médias sociaux.

L’industrie du média entend souvent parler de comment le président des États-Unis, Barack Obama, a gagné les élections en utilisant les médias sociaux. Je suis un peu sceptique de cette déclaration. Je crois que le vrai secret est dans l’utilisation de données en fonction des indicateurs de performance (par exemple : audience d’électeurs potentiels).

Je vous présente, ci-bas, une prise d’écran que j’ai capturée le 3 septembre 2012, la journée avant les dernières élections provinciales au Québec.

L’outil utilisé est Google Trends. Vous rentrez des mots clés et l’outil présente la popularité de chaque mot clé en question sur Google. Si vous regardez le premier mot en rouge, c’est celui de l’ancien premier ministre Jean-Charest. On constate une forte augmentation de demande au printemps 2012 qui est reliée à la crise étudiante. Le deuxième mot clé, celui de la première ministre actuelle Pauline Marois. On constate une forte augmentation en été qui coïncide avec la campagne électorale. En troisième place, c’est le mot clé François Legault, le chef du parti de la CAQ. Je savais donc qui allait gagner les élections! Évidemment, la réalité était également capturée par les sondages et le Parti Québécois était presque assuré de la victoire.

Je cite souvent cet exemple pour expliquer le pouvoir des données recueillies sur les grandes plateformes du web. Le web est une grande base de données d’intention. Avec de bonnes stratégies, les partis politiques peuvent en tirer avantage.

Une autre stratégie utilisée est l’emploi des médias sociaux pour faire passer leur message. La communication personnalisée avec chaque citoyen permet aux partis de rejoindre et d’influencer des électeurs potentiels. Facebook, Twitter, YouTube et autres sont d'excellentes plateformes à cet effet.

La clé de succès est liée à la maîtrise de ces données pour modifier son message politique et comprendre la réaction des intervenants. En examinant les données, les partis peuvent comprendre où se trouvent les électeurs potentiels et modifier leur message en fonction. Souvent, le parti avec le plus d’agilité et le plus d’habiletés en média numérique a un avantage sur les autres.

En conclusion, je ne vais pas faire de prédictions sur les prochaines élections mais la tendance est très claire aujourd’hui.

Bonus : je vous conseille d’écouter le film Non. C’est un film très intéressant qui porte sur les élections au Chili lors de la dictature d’Augusto Pinochet ou un jeune cadre avait la responsabilité de mener la campagne publicitaire contre l’ignoble dictateur.


Le SEO local bientôt payant sur Google Mon Entreprise?

À lire maintenant

Une arborescence de site web idéale
L’automatisation, ce n’est pas automatique
Hype Cycle marketing: avoir les moyens de ses ambitions
Les médias traditionnels : une race en voie de disparition?
L’art de gérer les candidats non choisis
La tendance est au «Bring Your Own Dog» au bureau
Processus d’embauche 101
Des femmes à la direction : l’exception qui confirme la règle
La libération de droits musicaux en publicité
Ce que vous devez savoir sur les droits musicaux
Le SEO local bientôt payant sur Google Mon Entreprise?
La génération Z et Instagram : le changement des codes esthétiques