Sylvain Desrochers

Pépinière publicitaire

par Sylvain Desrochers, le 23 octobre 2010


Réflexions de Sylvain Desrochers avec ses étudiants du cours Publicité et culture au Certificat de publicité (UdeM)

Un cours demeure un lieu d’échange. Il est donc très intéressant de voir ce que mes étudiants répondent lorsque je leur pose la question «qu’avez-vous vu avec vos lunettes de publicitaires au cours de la dernière semaine?». Lors de récentes discussions avec eux, deux publicités ressortent régulièrement du lot. D’abord, celle dans laquelle apparait Yvon Deschamps comme on ne l’a jamais vu. Sérieux. L’agence Cart1er, disent mes étudiants, utilise brillamment cet homme d’exception dans la publicité contre la maltraitance du Ministère québécois de la famille et des ainés. Vrai. Authentique. Entier. Trois valeurs éloignées de l’humour qui les touchent directement.

Dans un tout autre ordre d’idée, Nolin BBDO présente trois marionnettes réconfortantes pour Le Lait. Qu’en disent mes étudiants? Surprenant, étrange, bizarre… Mais ils aiment ça et ils en parlent à chaque occasion. Particulièrement les installations faites sur les abribus avec les écouteurs… Les quais du métro ne les laissent pas indifférents non plus. Bref, ils sont très urbains, se déplacent beaucoup et remarquent assurément ce qui… se démarque. Ainsi, activités de commandites, création hors format, autobus peints: ils adorent.

Pour eux, il doit y avoir une émotion et si possible en 3D. Bravo aux annonceurs et à leurs agences! Attention aux publicités sans saveur, sans émotion, rationnelles et se voulant logiques: vous vous mériterez un F dans ce cours, selon mes étudiants.

À lire maintenant

Une jeunesse peu inspirée qui disparait du marché du travail
Le «Dilemme DEI» en entreprise: un parcours sans GPS
Ami, amant, parent, employé: l’art de jongler entre ses rôles
Conseils RH: comment faire face à la pénurie de main-d'oeuvre
Bilan de la reprise événementielle
Des journées de 5 heures? Pourquoi pas!