James Edine (Neuromarketing SCA)

Introduire la nouvelle stratégie du bonheur des consommateurs en marketing

par James Edine (Neuromarketing SCA), le 5 novembre 2013


Les consommateurs ne veulent plus juste être satisfaits, mais être plus heureux. Aujourd’hui, concevoir la raison d’être et la raison de vivre orchestre la nouvelle stratégie du bonheur-consommateur. Le succès de votre produit à long terme dépend des expériences-client et est l’alternateur de sa fidélisation.

Des millions de dollars ont été dépensés pour des initiatives de type satisfaction de la clientèle, et des innovations de marque ont été créées au fil des décennies, mais les consommateurs ne sont pas plus heureux aujourd'hui qu’il ya 50 ans.

Il est possible d'aller au-delà de la satisfaction pour concevoir le bonheur-client. Mais pour faire ce travail efficacement, les entreprises doivent apporter des solutions qui font augmenter la signification des sentiments.

Il s'agit maintenant de la conception du bonheur des consommateurs et pas seulement de la vente. Quand une entreprise décide de se commettre à produire le bonheur durable, ses innovations durent plus longtemps, ses marques perdurent et créent une loyauté durable.

La recherche fournit des principes pour concevoir les expériences de la marque, et facilitent l'augmentation du bonheur en mettant l'accent sur l’intégration de quatre dispositions du client dans sa stratégie marketing.

Dans le nouveau paradigme, le marketing n'est plus une pratique de cible, le nouveau marketing est un processus de matchmaking où la communication intègre le style de vie, qui devient la fondation des relations significatives et qui joue un rôle essentiel dans la durabilité de la marque. Dans le paysage du marketing en constante évolution, l'accent est mis sur l'alignement de l’entreprise / marque / client tout en créant de nouveaux consensus pour les engager envers leur portefeuille en ligne et hors ligne.

L'acte d'achat d'aujourd'hui est analysé comme un système d'action, comme un processus au fil du temps qui implique le fonctionnement du rationnel et émotionnel. L'émotion est prise en compte, mais il y a un écart entre ce que les gens disent, ce qu'ils désirent acheter et leurs pratiques réelles. D'où la question de savoir comment capter le consommateur différemment.

En tenant compte des motivations intrinsèques, les conducteurs de motivations et de satisfactions semblent être une question d'équilibre budgétaire entre le «qualitatif» et «quantitatif». Or, la stratégie de bonheur en marketing est appliquée en relation avec la qualité de vie, plus souvent effectuée par des indicateurs économiques mesurables.

La littérature démontre que les gens sont prédisposés à croire que leur bien-être subjectif serait amélioré si vous produisez l'un des trois types de bonheur.

Le bonheur est un sujet de plus en plus en vogue ces jours-ci. Les chercheurs ont récemment constaté une dynamique non-intuitive de ce qui rend les gens heureux, et, bien sûr, les consommateurs sont toujours dans la poursuite du bonheur. Le bonheur est rarement abordé par beaucoup de marketeurs, ou jamais, mais dans la conception de l'offre numérique qui promet une expérience, ou lorsqu'elle se concentre sur la construction de la relation client, le sous-texte secret devrait être la création d'un sentiment de bonheur.

Devoir l’avoir versus le vouloir

Une complication survient généralement, cependant, lorsque la publicité créative rencontre le CMO, qui tend à délimiter la marque dans les chiffres d'affaires. Peut-être un moyen de sortir de ce dilemme est pour les marketeurs de noter la différence émotionnelle, expérientielle et cognitive entre les consommateurs obligation vs. vouloir. Quand une personne est à l'affût d'un élément spécifique, elle doit avoir, par exemple, une robe noire classique, une boîte de tampons ou de la marque de rasage favorite, la réalisation d'un «devoir» produit le sentiment de soulagement. Une expérience émotionnelle très différente découle de quelque chose que vous voulez, mais se retrouver avec l’inattendu donne lieu à la satisfaction. Soulagement (en minimisant la perte) et satisfaction (la maximisation du gain) sont vécus différemment, et représentés par différentes combinaisons d'activités neurologiques. Si j'aime un produit et l'achète parce que ses attributs répondent à mes intérêts, je peux être soulagé de l'avoir.

Si je sens qu’un produit reflète mon identité, une certaine relation se développe avec ce produit. C'est cette relation qui me rend heureux. Les gens se sentent heureux lorsqu'un produit ou un magasin démontre une compréhension du consommateur comme un processus d'achat, et quand il l’affiche authentiquement. Il comprend le consommateur qui est aussi une personne. Comprendre une personne est différent que de les expliquer en tant que consommateur. Au mieux, l'ancien génère «aimer», tandis que ce dernier établit «l'attachement». Je peux vouloir une transaction mais je me sens plus heureux dans le thème d’affinité. Bonheur et satisfaction: Mesures de l'affect et la cognition

Le bonheur pouvait mieux prédire les mesures cognitives de satisfaction et les attitudes qu'une mesure d'effet positif, ce qui remet en question l'argument largement admis que les mesures de satisfaction sont cognitives et mesurent le bonheur affectif en orientation. Les distinctions entre les mesures cognitives et affectives de bien-être subjectif doivent être prises à partir de l’identification de chaque génération, puisque celles-ci estiment un bonheur distinctif relatif à sa raison d’être.

Le bonheur des consommateurs est nécessaire pour la création d'un effet interactif entre les stratégies de marketing et les mesures de bonheur. Le bonheur des consommateurs devrait être mesuré par des questions générales afin que les répondants évaluent leur satisfaction à la consommation en faisant leur propre «moyenne pondérée» des expériences auxquelles ils attachent une importance.


La création d’un événement des Fêtes unique, un levier de votre marque employeur

À lire maintenant

La création d’un événement des Fêtes unique, un levier de votre marque employeur
François Legault est sur TikTok. Qu’attendez-vous pour y être?
Coup médiatique: le Groupe Tanguay
Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Quelles sont les règles à suivre pour vos événements des Fêtes?
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail