James Edine (Neuromarketing SCA)

Le neuromanagement: nouvelle motivation pour une entreprise plus prospère

par James Edine (Neuromarketing SCA), le 3 juin 2013


«La motivation est, pour l’esprit, semblable à de la nourriture. Une assiette seule ne suffit pas» - Peter J. Davies

Les avancées neuroscientifiques ont réécrit la constitution du marketing, de l'économie, de la politique, se l'éducation et même de la morale. Ainsi, la gestion (management) n'a pas été laissée à l'écart de ces découvertes révolutionnaires, dont certaines contredisent la façon dont les choses sont faites dans les organisations.

Neurostructurer le corps social de l’entreprise, identifier les freins de sa réussite et reformuler sa stratégie pour un mouvement plus durable. Un écho particulier qui tient compte des métaphores humaines fascinantes. Un parallèle éclairant entre les sciences cognitives et le fonctionnement des organisations. Un regard rafraîchissant de la nouvelle gestion organisationnelle.

Piloter une entreprise vers la réussite durable est un procédé artistique plus complexe. Dans la turbulence quotidienne de l’entreprise, comment naviguer ce navire et bien gérer son équipage pour optimiser son niveau de vaillance, répondre aux défis du marché et les surpasser? Comment tirer profit de l’intelligence et de l’énergie de cette commune entrepreneuriale dispersée dans tous les sens, tout en gardant sa grandeur?

Le neuromanagement: la motivation à l'interne

La motivation peut être définie comme un état ou d'un processus dans l'esprit qui stimule, promeut et contrôle l'action de quelqu’un vers un but. La cognition est le moyen par lequel l'esprit acquiert la connaissance et se rapporte à des processus de pensée et de perception. La motivation cognitive cherche à expliquer le comportement humain en termes de l'examen et l'examen des informations reçues, par opposition à un ensemble intégré d'instructions qui régissent les réponses aux différentes situations. En d'autres termes, une action entraîne l'homme à partir d'un processus de pensée, plutôt que d'une réponse automatique basée sur des règles préprogrammées. Dans les sciences comportementales, on reconnait généralement deux formes de motivation, bien que ce ne soit pas universellement accepté, la motivation intrinsèque se réfère à des tâches qui sont enrichissantes en soi, comme le plaisir de résoudre un puzzle, l'apprentissage ou jouer à un jeu. Dans ces cas, le facteur de motivation est interne. La motivation extrinsèque implique l'engagement dans une tâche en raison de facteurs externes, tels que travailler pour l'argent et la nourriture, ou en prenant des mesures pour éviter un préjudice. Les théories de la motivation tentative d'expliquer comment les comportements dirigés par ces facteurs vient à propos?

La motivation cognitive repose sur deux dispositions principales: l'information disponible et l'expérience passée. Une personne pense à une situation basée sur le fait que l'entrée sensorielle est disponible et va également se référer à son passé (L’effet K.E.E.) et essayer de raconter des expériences antérieures à la situation en main. Les théories de la motivation sont utilisées dans l'éducation, les sports, au travail et à aider les gens à surmonter les problèmes. Sous la rubrique générale de la motivation cognitive, les sciences comportementales ont mis au point un certain nombre de théories sur lesquelles les gens prennent les mesures qu'ils font qui ne sont pas mutuellement exclusives.

Le neuromanagement: la motivation à l'externe

Le neuromanagement, un terme relativement nouveau, engendre un nouvel apprentissage du développement de l'intelligence organisationnelle. Comment utiliser pleinement le cerveau dans la conduite à l'interne pour mieux piloter la réussite des organisations à l'externe?

Dans la gestion des affaires, il requiert des spécialistes en neurosciences et en neurocommunication pour réfléchir et arbitrer la gestion de l'entreprise avec un 3e œil. Avec cette nouvelle perspective, on apprend à la regarder à partir d'un angle objectif non biaisé.

Le neuromanagement est le nouveau terme inventé pour décrire le domaine émergent qui applique les méthodes des neurosciences dans la recherche commerciale. Les sujets abordés dans ce domaine comprennent le phénomène de la direction liée au contexte social en conjonction avec la prise de décision organisationnelle. Les neurosciences du consommateur et du neuromarketing se concentrent sur le sensori-moteur des consommateurs, cognitif et affectif, et répondent à des stimuli marketing. Dans le neuromanagement, les mêmes principes cognitifs s’appliquent dans le contexte socio-organisationnel.

Les façons dont les ordres sont donnés, la façon de communiquer, de parler en public, la façon de motiver et d'évaluer un employé est devenu un changement de perspective vital pour la réussite de l'entreprise. Les neurosciences ont conduit à une meilleure compréhension des actions des gens autour de nous et de la manière dont leurs cerveaux traitent l'environnement et émettent des informations d’une façon cohérente.

La prise de bonnes décisions

La prise de ddécisions en neuroscience est un domaine émergent qui vise à combiner les neurosciences comportementales (behavioral neuroscience) lors de la prise décision. Ce domaine attire de nombreux spécialistes de la gestion, de l'économie, de la politique et de la psychologie qui tentent de comprendre les bases neuronales de jugement et de la prise de décision, le comportement social, la commercialisation, des comportements économiques, et de développer des modèles de décision politiques basés sur le mécanisme neuronal et psychologique.

De nombreux types d'outils et de méthodes d'analyse qui proviennent de l'économie, des neurosciences, de la psychologie et du domaine médical sont utilisés pour des recherches sur la tâche de décision expérimentale. Dans la prise de la bonne décision, le neuromanagement se base sur les appuis neuroscientifiques de la prise de décision humaine. Cela inclut notamment la façon dont nous apprenons la valeur des biens et des actions dans le monde et comment nous utilisons ces informations pour décider entre différentes actions.

Crise de techno-psycho cartographie au travail

Le cerveau a des vitesses et de spécialisations différentes. Alors que certaines personnes sont plus logiques et concrètes en développant davantage leur hémisphère gauche, d'autres sont plus créatifs et attentifs aux irrégularités spatiales. Ainsi, le fait de se concentrer davantage sur l'hémisphère droit et gauche crée un équilibre cohérent permettant aux membres de l'équipe de voir les diverses situations d'une manière plus éclairée. C'est la raison pour laquelle certains travailleurs réagissent différemment dans des situations difficiles comme un licenciement, alors qu'en réalité, tout dépend de l'interprétation que fait chacune des circonstances grâce à leur cortex préfrontal (la sphère rationnelle).

Définir la façon dont les messages sont construits pour être plus facilement assimilés nécessite la compréhension de la cartographie cérébrale bilatérale de l'autrui dans l'environnement professionnel.

Certes, ce qu’on voit aujourd’hui est une crise de liaison, de la maîtrise et de le psychologie en conjonction avec le savoir-faire technique. La psychologie au travail est certes mal connue et devrait être développée pour minimiser la dissonance à tous les niveaux de l'entreprise quelle soit publique ou privée.

À quoi sert la connaissance technique si on n’arrive pas à la communiquer efficacement à l’interne ou à l’externe? Ainsi, le psychologue serait utile aux côtés des DRH lors du recrutement, à la gestion de carrière et des compétences. Dans ce cadre, on voit de plus en plus cette nouvelle spécialisation dans la gestion des risques professionnels. En fait, elle a un nouveau nom, le neuromanagement, soit le fait de fusionner l’aspect technique avec la psychologie sociale devenant ainsi un atout majeur de réussite de l’entreprise du futur.

De la neuroscience à la neuroscience sociologique

La sociologie est la science qui prend la société dans l'objectif de la recherche et reconnaît les mécanismes de l'évolution et du développement de celui-ci sur la base de l'étude, sur les relations interpersonnelles/procédurales et le développement de la société et de ses composantes.

Comme l'essence de la sociologie, les déterminants individuels sont souvent pris comme point de départ pour les recherches académiques pour les observer plus tard dans le monde professionnel. Le comportement neurobiologique des êtres humains avec le comportement organisationnel soulignent que les entreprises peuvent être modélisées comme des organismes sociaux qui, comme des êtres humains, se comportent selon leurs interprétations et leurs émotions et reposent en grande partie sur leur subconscient pour survivre et s'adapter à leur environnement. Quelques avantages du neuromanagement

Voici quelques avantages du neuromanagement afin de favoriser un milieu de travail où l’entente, la motivation et la collaboration deviennent les principaux pistons du moteur de la réussite de l’entreprise:

• Trouver l'équilibre et l'épanouissement au travail
• Améliorer sa capacité à mobiliser et motiver le personnel
• Utiliser une méthode de coaching pour recruter du personnel et d'améliorer les performances de l’équipe

Voici quelques stratégies à adopter pour améliorer l'efficacité:
• Récolter les fruits de changements et l'apprentissage en le meilleur de soi et des autres
• Influencer et motiver les autres à mieux adhérer à vos idées et commentaires
• Améliorer la performance et l'innovation
• Prendre de meilleures décisions
• Mieux comprendre les gens et ce qui les motive


Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes