ZenData Marketing

Devez-vous utiliser votre nom dans la ligne de l’expéditeur?

par ZenData Marketing, le 27 septembre 2010


En général, dans le cadre d’une campagne de commercialisation par courriel, les entreprises utilisent le nom de leur marque pour identifier leurs envois promotionnels. C’est une façon de s’assurer que les abonnés puissent bien identifier d’où proviennent les courriels. Serait-il intéressant de plutôt utiliser le prénom et le nom d’un employé identifiable?

C’est ce que le site Marketing Sherpa a testé. Après avoir envoyé certains messages en utilisant le nom d’un employé, ces messages, vus comme plus personnels, étaient lus 40% plus souvent. Lors de ce test, seuls certains messages spéciaux provenaient de cet employé. On parle ici d’annonces de nouveaux produits et d’invitations à des événements spéciaux. Le nom de l’employé leur donnait une touche plus personnelle et les différenciait des autres envois promotionnels, même si les messages provenaient de la même liste d’envoi.

Comme pour toute nouvelle stratégie, il est important d’effectuer des tests A/B afin d’en déterminer la pertinence pour votre campagne de commercialisation par courriel. Que vous décidiez d’utiliser cette tactique ou non, évitez d’utiliser un nom générique comme identifiant de l’expéditeur. En voyant le message dans sa boîte de courriel, l’abonné doit savoir de quelle entreprise il provient.


Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position

À lire maintenant

Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?
La revanche des bonnes nouvelles