Gilber Paquette (Hebdos Québec)

La mobilité rend service aux médias traditionnels

par Gilber Paquette (Hebdos Québec), le 1 février 2013


Selon le Pew Research Center’s Project for Excellence in Journalism (PEW), les consommateurs de nouvelles par l’intermédiaire d’un téléphone intelligent sont plus enclins à se tourner vers les entreprises de presse, soit par une application ou par une page d’accueil installée sur l’écran du téléphone. Les appareils intelligents augmentent la consommation de nouvelles dans son ensemble, plutôt que de la cannibaliser. Les statistiques du PEW révèlent que les appareils portables accroissent l’achalandage de 9% sur les sites des grands journaux américains.

Les médias sociaux ne remplacent pas les grands sites de nouvelles

Les usagers de Facebook y passent en moyenne sept heures par mois, soit 14 fois le temps consacré en moyenne sur les sites de nouvelles les plus fréquentés. Par contre, contrairement à la croyance populaire, il est faux de croire qu’une majorité d’Américains s’en remet aux recommandations d’amis provenant des médias sociaux pour s’informer. Pas plus de 10% des consommateurs «mobiles» de nouvelles suivent les recommandations trouvées sur Facebook ou sur Twitter. Et même parmi ces personnes, la plupart continuent de faire reposer leur consommation d’information sur des applications et de sites de nouvelles.

La mobilité crée l’engouement

La mobilité offre l’avantage d’augmenter la consommation totale de nouvelles. Ainsi, aux États-Unis, les cotes d’écoute des bulletins de nouvelles télévisées ont augmenté en 2012 pour la première fois depuis 10 ans.

Assisterons-nous au même phénomène au Québec? Je parie que oui!

À lire maintenant

Réseaux sociaux en B2B: 5 questions fondamentales!
Regard vers le futur: quelles seront les plateformes sociales de demain?
Une jeunesse peu inspirée qui disparait du marché du travail
Le «Dilemme DEI» en entreprise: un parcours sans GPS
Ami, amant, parent, employé: l’art de jongler entre ses rôles
Conseils RH: comment faire face à la pénurie de main-d'oeuvre