Grenier aux nouvelles

Histoire de chiottes, boulot et anxiété

par Grenier aux nouvelles, le 29 septembre 2022


Êtes-vous en mode de travail hybride ? Ou travaillez-vous de la maison à 100 % ? À moins que vous soyez retourné au bureau à plein temps ? Jasons « caca ». C’est du sérieux ! Selon une étude relayée par le Daily Mail, 53 % des employé·es britanniques sont plus à l’aise à l’idée de quitter leur lieu de travail afin d’aller aux toilettes en toute tranquillité. Toujours selon cette étude de la startup de santé The Gut Stuff, portant sur 2000 adultes britanniques, 18 % ont déclaré que leur préoccupation principale en matière de retour au bureau était d’aller au petit coin au travail. Surprenant ou pas ? Comme bien d’autres habitudes, les multiples confinements et la mise en place du travail à distance ont apporté leur lot de changement dans nos routines, dont nos « habitudes toilettes ».

P’tite gêne
Pré-pandémie, plusieurs personnes n’osaient pas aller aux toilettes en dehors de la maison — peur de se faire entendre faire ses besoins, ou blocage instantané juste à y penser… Mine de rien, des toilettes trop proches des bureaux, mal insonorisées, des espaces trop grands entre les cabines peuvent en freiner plus d’un·e. Les femmes sont particulièrement préoccupées par cela — 67 % d’entre elles affirment être inconfortables de faire « un numéro deux » au bureau. 18 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles se retenaient toute la journée, 28 % se sont faufilé·es sur un autre étage et 18 % ont admis être rentré·es chez eux·elles pour se soulager. En plus des désagréments évidents que ces détournements causent, « se retenir » peut entraîner un inconfort durable — ballonnement, sensation désagréable de pression abdominale, etc.

La parcoprésie, vous connaissez ? Il s’agit d’une condition d’anxiété sociale souvent appelé le « syndrome de l’intestin timide ». D’autres vont appeler cela le « poop shaming » ou encore le « syndrome de la princesse ». En 2019, un papier du New York Times sur les femmes qui faisaient caca au bureau a été ridiculisé pour avoir amené le sujet… Franchement. Sortie en avril 2021, une étude réalisée par l’Ifop pour l’association Diogène France, montre que les femmes sont plus complexées que les hommes lorsqu’il s’agit de se rendre aux toilettes. Une des raisons principales? Les clichés. Bonjour les stéréotypes féminins et la façon dont la société traite les femmes. Le sondage fait remarquer que le bruit et l’odeur sont les principales raisons de cette gêne pour les deux sexes, mais qu’il est nettement plus accentué chez la gent féminine. Résultat? 56% des femmes ressentent de la honte d’aller aux toilettes en dehors de chez elles contre 42% chez les hommes.

Pour en revenir au caca au bureau…
Comment en venir à bout ? En tentant de rendre le sujet moins tabou selon les dires de Lisa et Alana Macfarlane, fondatrices de The Gut Stuff. Au-delà de la sensation de gêne, elles estiment que les employeurs ont la responsabilité de s’assurer que la santé et le bien-être de leurs équipes soient soutenus pendant la transition du retour au bureau, ce qui inclurait d’encourager les gens à aller aux toilettes plus confortablement. Même la marque de papier hygiénique Charmin a publié un billet sur les joies d’utiliser les toilettes au bureau !

Pour rendre les pauses toilettes plus faciles pour tou·tes, The Gut Stuff suggère que la meilleure chose à faire est d’en parler. Oui, cela peut être gênant, mais plus on en parle, moins ce sera inconfortable. Pourquoi pas envoyer un sondage aux employé·es pour entamer la conversation  et débloquer le problème? Ça peut être aussi direct que de leur demander ce qui les mettrait plus à l’aise pour faire la grosse commission au travail : utile d’avoir de la musique dans les toilettes ou pas? Et, de toute évidence, s’assurer qu’il y ait suffisamment de papier hygiénique sur place.

Et si ça s’inscrivait dans la transformation du lieu de travail?
La conception des toilettes s’inscrit dans le giron des tendances plus larges de la transformation du lieu de travail. Chez WeWork, la conception des toilettes répond à des critères bien spécifiques :

  • Pure intimité : cloisons complètes du sol au plafond, système de haut-parleurs
  • Comme à la maison : papier peint loufoque, de vieux journaux et des bandes dessinées
  • Au-delà de l'essentiel : accès au wifi, crochets pour sacs, supports de téléphone et désodorisants disponibles
  • Do you look good : la mise à disposition de miroirs pleine longueur, d’espace (en plus du lavabo) pour les cheveux et le maquillage, de rince-bouche et de rouleaux anti-peluches
  • Prise en charge complète : des panneaux comme ceux trouvés dans les hôtels qui expliquent que tout ce qui pourrait vous manquer est disponible auprès du concierge/responsable de la communauté.

La conception et l’entretien des toilettes offrent une opportunité aux gestionnaires d’utiliser cet espace comme un outil pour à la fois améliorer l’expérience des employés·es et augmenter les performances organisationnelles. Ce qui est phénoménal à propos de la salle de bain, c'est qu'elle peut être à la fois un outil pour accroître les interactions et les associations entre les employé·es d’une grande organisation, ainsi qu’un refuge tranquille pour s’échapper du bureau un instant et prendre du recul. Pour en savoir plus sur l’importance des toilettes au bureau, c’est par ici.

Pour finir, et comme rappel, tout le monde fait caca.  

toilet

À lire maintenant

Des journées de 5 heures? Pourquoi pas!
Le «Triple Peak» bouscule le traditionnel «9 à 5»
La tendance est au «quiet quitting»
Ergonomie et bien-être vont de pair
Tête à tête avec un leader extraordinaire
Parlons TI!
Conseils RH: gérer les milléniaux... avec plaisir!