Grenier Recrutement

Gestionnaire et stressé·e?

par Grenier Recrutement, le 28 juin 2022


On parle souvent de la gestion du stress, mais qu’en est-il du stress que peut éprouver les gestionnaires ? Tout le monde fait face au stress, mais les managers ont tendance à en gérer une quantité exceptionnelle. Que vous gériez des employé·es, une entreprise, un portefeuille financier ou simplement vos factures et tâches quotidiennes, le processus de gestion exige de la concentration, de la responsabilité et de l’adaptation à des facteurs indépendants de votre volonté. Non seulement un manager trop stressé malmène sa propre santé, mais peut également malmener celle des autres ! Évidemment, il est impossible d’éliminer complètement le stress, mais avec les techniques et l’attention appropriées, vous pouvez mieux le gérer et l’empêcher de prendre le dessus sur votre vie et dans votre rôle de gestionnaire.

Le stress serait grandement communicatif. Selon Samah Karaki, docteure en neurosciences et co-fondatrice du Social Brain Institute, on ne communique pas nécessairement notre stress à autrui, mais on va plutôt l’agresser (souvent d’une manière psychologique) pour se sentir mieux… Par exemple ? Un·e gestionnaire stressé·e va traiter injustement ses équipes, en leur donnant des tâches irréalistes ou aller à l’encontre du code éthique de l’organisation. Selon l’experte, les managers doivent en être conscient·es pour pouvoir prendre le recul nécessaire afin de corriger ce travers et ainsi éviter d’impacter les équipes.

Souvent, les entreprises mettent en place des séances de yoga, de massages, des ateliers de méditation et de respiration pour leurs salarié·es. Somme toute de superbes initiatives, elles traitent surtout les conséquences du stress. Or, il faudrait également s’attaquer aux sources. Pour Karaki, les gestionnaires doivent trouver les paramètres devant être monitorés en permanence afin de maintenir un travail sain et serein pour tou·tes. Comme ? Se demander s’il y a suffisamment de communication, d’équité, de transparence, de cohésion d’équipe, de feedback, entre autres, au sein de l’organisation.

Donc, comment peut-on efficacement gérer son stress et celui de ses équipes selon la spécialiste ?

En reconnaissant que le burnout n’est pas une responsabilité individuelle. C’est au collectif, à l’organisation, de se demander comment faire pour que les membres de l’équipe s’entraident et ne soient pas des menaces les un·es pour les autres.

En favorisant l’intelligence collective. De la sorte, on lutte contre les biais cognitifs. En s’assurant qu’un·e gestionnaire soit soumis·e au regard critique de 2-3 autres gestionnaires, la prise de décision sera grandement améliorée et le stress engendré par un management inefficace — s’il y a lieu — pourra être limité.

En maintenant une communication efficace et humaine. Les gestionnaires doivent savoir composer et doser leur communication — ni trop, ni pas assez. Sérieux et manque de chaleur  sont souvent confondus ! On peut très bien être professionnel·le tout en se montrant amical·e et bienveillant·e.

En renforçant l’esprit d’équipe. La cohésion est efficace pour réduire le stress lié à un climat de travail difficile ou à un sentiment d’exclusion, surtout avec le travail à distance.

En osant parler de ses sentiments. Il n’y a pas de meilleur remède au stress que la parole. Il est important de légitimer l’expression des sentiments dans la sphère professionnelle. Les gestionnaires doivent aussi faire preuve d’empathie envers leurs salarié·es dont la vie personnelle et familiale n’est pas toujours simple à gérer non plus.

Enfin, en tant que gestionnaire, il est facile de vouloir continuellement atteindre l’excellence et viser la perfection — et celle-ci n’existe pas ! Recentrez vos priorités en établissant des attentes plus raisonnables pour vous et votre équipe. Tout le monde sera moins stressé·e !

stress

À lire maintenant

Gare au «ghosting»: déclinez une offre professionnellement
Vous autosabotez-vous ?
«Consommons-nous» les employeurs?
Modifications importantes à la loi sur la concurrence: un aperçu
Faut que ça bouge: Les Mauvais Garçons donne l’exemple
L’entreprise hybride: la gestion de communauté comme moteur culturel