iProspect

Les multiples facettes du nouvel outil de Google pour désavouer ses liens

par iProspect, le 26 octobre 2012


Près de quatre mois après Bing, Google a enfin annoncé, lors du dernier Pubcon à Las Vegas, le lancement de son outil pour désavouer les liens entrants. C’est donc apparemment une bonne nouvelle pour les gestionnaires de sites internet. Ils vont enfin pouvoir faire disparaitre tous les liens désormais considérés comme négatifs depuis la dernière mise à jour de Google: Penguin.

Mais tout n’est pas aussi simple, car il est clair que Google nous donne aujourd’hui accès à un outil très puissant qui peut, aussi bien, se révéler incroyablement bénéfique, mais aussi complètement dévastateur s’il est mal employé.

Il est donc préférable d’être prudent et bien peser les pour et les contres avant chaque utilisation de ce nouvel outil pour son site internet. Et, c’est Matt Cutts lui-même qui le dit: «Please don't go out and use this tool abusively - be very careful and be aware of the amount of certitude you have in what you are doing when you use this tool.» En bref, si vous n’êtes pas sûr… ne l’utilisez pas.

L’outil de désaveu des liens accessible via Webmaster tools

Pour avoir accès à l’outil, il faut, tout d’abord, avoir inscrit son site sous Webmaster tools. Une fois, connecté, vous pourrez vous rendre sur https://www.google.com/webmasters/tools/disavow...-links-main pour pouvoir refuser des liens. Déjà, on notera le premier avertissement de Google concernant le danger éventuel de mal utiliser cet outil. Avertissement qui sera encore répété deux fois tout au long du processus.

Ensuite, il faudra télécharger un fichier texte listant l’intégralité des liens que l’on considère désormais comme négatifs pour son positionnement. Ce fichier se présente suivant le format suivant (1 URL de lien négatif par ligne):

Et, c’est là que les ennuis commencent…

Besoin impératif d’une analyse manuelle de ses liens entrants

En effet, on se rend compte rapidement que, à aucun moment, Google ne nous fournira une liste exhaustive de liens jugés potentiellement négatifs, avec la possibilité ensuite de faire son choix dans ce que l’on veut garder.

Au contraire, toutes les décisions et toutes les analyses des liens entrants devront être réalisées par le gestionnaire du site internet lui-même. Il s’agit donc déjà d’être d’un niveau relativement avancé pour savoir où trouver ses liens entrants et comment les analyser. Ainsi, si on a repéré un lien négatif, rien ne nous empêche de l’éliminer avec l’outil de manière unique, quasi artisanale. Mais si on veut faire un vrai nettoyage de ses liens, le travail d’analyse sera beaucoup plus long et beaucoup plus compliqué.

Heureusement, des outils comme Cognitive SEO, Majestic SEO ou Open Site Explorer permettent d’extraire assez facilement tous les liens entrants pointant vers un nom de domaine.

Comment repérer un lien potentiellement négatif?

Plusieurs possibilités existent. Par exemple, de nombreux liens peuvent, ensemble, se révéler être contre-productifs et négatifs pour un site internet s’ils utilisent trop souvent la même ancre de lien (texte cliquable).

On pourra également surveiller:

• les liens en provenance de sites avec un page rank (PR) de 0 ou moins (?) sont également négatifs,
• en particulier les liens venant d’annuaires ou situés en dehors du corps de texte (barre latérale, pied de page, commentaires sur des blogues…),
• ou les liens employant des ancres de liens sans aucun rapport avec votre activité.

Mais, attention, si l’on se trompe, ce sera tout le site internet qui pourra être pénalisé et éventuellement perdre son positionnement sur Google.

Sans compter, que faire la démarche de dénoncer un lien, entrainera forcément une surveillance accrue par Google pour son site internet.

Dans quelles situations utiliser cet outil? Évaluer le niveau de risque

Au fond, il vaudra mieux utiliser cet outil quand on a tout essayé et qu’il ne reste plus d’autres solutions.

On songera donc à utiliser cet outil si l’on est dans l’une des situations suivantes:

• si vous avez repéré des manœuvres de référencement négatif (SEO négatif), c'est-à-dire des liens pointant vers votre site avec une réelle volonté malveillante (mais c’est tout de même assez rare),
• si vous avez été touché par la mise à jour de Google, Penguin, avec une perte importante de trafic après le 24 avril 2012, et la disparition de votre site internet sur certaines recherches de mots clés stratégiques,
• si vous avez disparu du jour au lendemain sur une série de mots clés qui vous rapportaient un trafic journalier important,
• et si vous avez reçu des avertissements de liens négatifs sur Webmaster Tools (sous forme de messages).

Un outil qui demande de la patience

Dernier point à retenir, cet outil nécessite de la patience, car les résultats de son utilisation prendront du temps. Pour citer Matt Cutts lui-même: «Wait a few weeks in between each waves of disavow to ensure that Google reindexes the entire web». Il faudra donc à chaque fois attendre que Google réindexe le web sur la zone géographique dont dépend votre site internet (rattaché à un ou plusieurs «data centers» de Google) pour voir son nettoyage de liens faire son effet. Il faut juste le savoir et s’armer de patience, car cela peut prendre plusieurs semaines.

Voilà donc un outil dangereux proposé par Google, mais au final, c’est le seul qui nous fournisse enfin un moyen de dénoncer les liens entrants dont nous ne voulons plus. L’utilité est donc certaine, à condition d’être prudent.


Comment calculer le coût du marketing de contenu?

À lire maintenant

Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?
La revanche des bonnes nouvelles