Joannie Bergeron (Immersive Productions)

Démystifier les événements hybrides (Partie 1)

par Joannie Bergeron (Immersive Productions), le 6 avril 2021


Avec le printemps qui se pointe le bout du nez, l’analyse en continu des différentes mesures gouvernementales qui évoluent et les nouvelles habitudes de consommation de contenu expérientiel, les organisations réfléchissent plus que jamais à l’approche des événements hybrides. Une formule qui séduit, qui invite à la flexibilité, la personnalisation et la durabilité, pour autant que l’on se pose les bonnes questions et que l’on établit les balises de cette approche. 

Les acteurs de notre industrie feront preuve d’ingéniosité et d’adaptabilité pour mettre en œuvre ces expériences, mais pour maximiser votre réussite il faudra assurément miser avant tout sur votre stratégie expérientielle. La différence, la distinction, la pertinence se trouvent ici. Une réflexion de fond sur l’expérience participant, le lien de connexion entre votre public en présentiel et en virtuel, le déploiement de votre concept qui en découle, l’impact tangible souhaité et l’effet tremplin anticipé à travers le avant, pendant et après. Le tout, avec une bonne dose de connaissance et de maîtrise de vos ressources avant de se lancer.

Réflexions et rencontres humaines
Puisque cette approche prendra de plus en plus d’ampleur et qu’elle restera bien présente dans nos vies post-covid, je trouvais important de lancer une série d’articles ayant comme thème Démystifier les événements hybrides. Une belle façon de rendre plus accessible cet univers, d’explorer ses composantes et d’aller à la rencontre d’humains qui joueront une place de choix dans ce déploiement. Dans un contexte où tout est incertain, où la collaboration prend tout son sens, l’idée est simplement de pousser plus loin la réflexion et mieux vous outiller. 

On jasera de concept, on ira à la rencontre de créateurs, de fournisseurs inspirants afin de vous permettre d’y voir plus clair. 

Point de départ
Comment créer un événement hybride qui prend tout son sens et qui laisse sa marque ? Voilà une question que l’on nous pose souvent. Tout d’abord, il importe de clarifier qu’un événement hybride, par définition, possède deux types de publics interreliés, un en virtuel et un en présentiel. À ne pas confondre avec les événements virtuels qui utilisent les plateaux de tournage pour leur scène principale. 

Vos deux publics doivent être connectés à travers la programmation, à travers des moments de partage, de réseautage, à travers le concept, la plateforme, etc. On parle donc d’une signature expérientielle propre à l’organisation, à l’événement dans sa globalité, qui sera vécue auprès des deux types de participants. Par la suite, cette signature se décline en deux expériences aux saveurs complémentaires : la proposition en présentielle et la proposition en virtuelle. Encore une fois, le tout doit s’harmoniser à merveille, on doit ressentir l’expérience globale et faire du sens avec le concept ainsi que le contenu proposé.

Dans le contexte des événements hybrides, l’expérience participant prend donc encore plus de poids. Elle représente le filon que l’on ne doit jamais perdre de vue pour s’assurer de créer de la valeur ajoutée. Prendre le pouls auprès des humains qui composent votre communauté sera primordial afin d’être au parfum. Vous devrez identifier avec précision le profil des gens qui se déplaceront sur place, les raisons qui motivent ce choix, leurs besoins, leurs attentes vis-à-vis l’expérience proposée. Il en est de même avec le profil des participants en virtuel. 

L’approche hybride regorge de possibilités et sera l’avenue tant pour le tourisme d’affaires, les événements corporatifs ou encore le milieu des festivals à moyen terme pour offrir des expériences sur mesure, marquantes, hyper personnalisées et nichées, tout en assurant la chaleur sur place et la durabilité du contenu dans le temps. De ce fait, un retour important vers le public cible, ce qu’il aime, ce qui lui parle, sera au cœur du déploiement de cette approche. Une belle opportunité de s’assurer que chaque initiative, chaque action, a son impact et soit durable. 

Il s’agit donc d’un retour à l’essence de votre organisation, à votre communauté, à une identification claire de votre stratégie expérientielle dans le avant, pendant et après. Une analyse approfondie des différentes composantes de l’approche hybride (choix du lieu, webdiffusion, plateforme, protocole sanitaire, aménagement de l’espace, etc.) sera également dans vos premières actions afin de déterminer si cette avenue est viable pour votre organisation et si c’est effectivement la meilleure approche, pour vous. N’oubliez pas de garder en tête la force de frappe de l’approche hybride dans le développement de votre clientèle et dans le déploiement de votre contenu, un volet qui peut faire toute une différence. 

Dans tous les cas, ce qui importe est de faire des choix qui vous permettront d’évoluer avec le contexte, tout en maximisant votre impact à long terme. 

On se retrouve le mois prochain pour discuter et explorer la création de concept hybride ! 

--

Dans un souci d'impartialité, le Grenier aux nouvelles se dissocie des points de vue de ses chroniqueurs, tout en soutenant le droit à la liberté de presse et d'expression.


Comment composer avec son TDAH au travail

À lire maintenant

Comment composer avec son TDAH au travail
Quel salaire souhaiteriez-vous?
Bon coup médiatique: Lion électrique
Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser