Nectarios Economakis (PNR)

Les données donnent le pouvoir

par Nectarios Economakis (PNR), le 17 mai 2012


La prolifération des données pour l’entreprise québécoise est une opportunité incroyable. Elle apporte toutefois des défis intéressants. Le type de données auquel je fais référence est celles qui ressortent d’un système d’analyse (ex: Omniture, Coremetrics, Yahoo Web Analytics ou Google Analytics). Ces outils vous permettent de comprendre l’activité des internautes sur votre site web.

Un grand défi est d’être capable de réellement prendre avantage de ces données et de soutirer des aperçus reliés aux objectifs de l’entreprise. L’opportunité est de comprendre véritablement l’expérience (du début à la fin) de vos clients. C’est difficile de n’être pas franchement optimiste face à cette possibilité alléchante.

Les sources importantes
La première source de données est celle qui émane du système d’analyse web. Il est vrai que c’est une source hyper importante mais il y en a plusieurs autres (la liste n’est pas exhaustive):
• données des plateformes publicitaires adwords, adcenter, youtube, facebook, twitter
• données des campagnes des médias sociaux
• base de données de courriels et crm

Comment lire les données
Comment naviguer dans cet océan de données? Selon le guru de l’analyse web, Avinash Kaushik, trois types de données sont nécessaires dans une analyse:
1) L’acquisition: la source du trafic en question (moteur de recherche, courriel, visiteur direct, campagne de bannières)
2) Le comportement: les actions des internautes sur le site (temps passé, nombre de pages vues, taux de rebond)
3) Mesures de succès: les actions importantes ont-elles été complétées par les internautes? (vente, inscription à l’infolettre, téléchargement de coupon)

Facteurs de succès
Un bon taux de conversion est de 1 à 2%. Étant donné cette réalité, doit-on ignorer le 98% des personnes qui n’ont pas converti? Il faut mesurer les micro-conversions sur votre site web tel que l’abonnement à une infolettre par exemple. De plus, il faut assigner une valeur économique à chacune de ces actions.

Les entreprises qui gagneront seront celles qui seront capable de comprendre ces actions et d’optimiser leurs processus d’affaires en fonction.

Que nous réserve l’avenir?
Je ne suis pas très bon dans les prédictions mais on voit déjà quelques tendances intéressantes. Je vais me prononcer sur qu’une seule d’entre elles: l’expérience plus personnelle pour chaque internaute.

Les entreprises commencent à regrouper toutes les données qu’elles recueillent sous une base de données unique et elles sont capables de segmenter l’expérience internaute en vertu de son profil. Les possibilités sont illimitées. La seule chose dont il faut se rappeler est qu’il faut une fixation impitoyable sur les objectifs reliés à la performance d’entreprise.


Comment calculer le coût du marketing de contenu?

À lire maintenant

Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?
La revanche des bonnes nouvelles
Avez-vous un mentor?