Pierre Gince, PRP, ARP

Mauvais coup médiatique: L’Association des libraires du Québec

par Pierre Gince, PRP, ARP, le 7 décembre 2020


Dans un souci d'impartialité, le Grenier aux nouvelles se dissocie des points de vue de ses chroniqueurs, tout en soutenant le droit à la liberté de presse et d'expression.

Tous les lundis, le président de Mesure Média, Pierre Gince, présente un Bon coup médiatique récent ou… un Mauvais coup !

Il n’y a pas que le froid automnal qui provoque des frissons. Quelques courriels suffisent parfois à créer une véritable tempête médiatique !

Il y a quelques jours, l’Association des libraires du Québec a jugé opportun — à la suite d’un certain nombre de plaintes — de retirer des médias sociaux, une liste de recommandations de lectures créée par un lecteur qu’elle avait sollicitée. De plus, une mise en garde a été apposée avant la vidéo qui présentait ces choix : « Les opinions exprimées par le participant n’engagent que lui. »

Regardons comment il est facile de créer une crise de toutes pièces…

Legault 1

Sources : Facebook de l’Association des libraires du Québec et ICI.RADIO-CANADA.CA

Rappel des faits

  • 25 novembre : en pleine pandémie, François Legault — sans contredit le Premier ministre qui, dans l’histoire du Québec, a accordé le plus d’attention à l’importance de la lecture — trouve du temps pour présenter ses 10 « coups de cœur » ;
  • 27 novembre : à la suite de quelques commentaires déplorant le choix du Premier ministre à titre d’invité et l’une de ses suggestions, l’ALQ retire la liste de son site, tout en y laissant la vidéo de M. Legault… après y avoir ajouté une mention péjorative ;
  • Durant quelques jours, des internautes parlent même d’un projet de boycott des librairies indépendantes – confondant malheureusement cette association avec la coopérative Les libraires ;
  • 30 novembre : sans surprise, l’auteur de L'empire du politiquement correct, Mathieu Bock-Côté, monte aux barricades puisque le Premier ministre s’est fait reprocher d’avoir suggéré cette lecture ;
  • 30 novembre : la directrice de l’ALQ, Katherine Fafard, est forcée de s’excuser par son conseil d’administration qui affirme ne pas avoir été consulté au sujet du retrait de la liste du PM ;
  • 30 novembre : beau joueur, monsieur Legault déclare : « On ne doit pas pénaliser nos libraires indépendants qui n’ont rien à voir avec cette histoire. C’est déjà assez difficile pour eux ces temps-ci. [...] On doit encourager nos auteurs. C’est la meilleure réponse qu’on peut offrir à ceux qui veulent les faire taire ».

Il reste qu’au gouvernement du Québec — notamment au cabinet du Premier ministre et au ministère de la Culture et des Communications — l’Association des libraires du Québec devra rétablir sa réputation qui doit absolument s’appuyer sur la pluralité des opinions.

Qu’est-ce qu’un flot ?

Pour justifier sa décision de retirer la liste du Premier ministre, madame Fafard a déclaré à l’Agence QMI :

« Voyant le flot de commentaires déferler la semaine dernière, j’ai pris la décision trop rapidement de retirer certaines publications sur les réseaux sociaux de l’Association. »

Selon le Larousse, un flot est « une grande quantité, une masse, une marée montante ».

Dans ce cas-ci, il n’y a pas eu de flot. Uniquement une concentration de commentaires allant dans un même sens qui ont irrité la directrice de l’ALQ — ce qui a engendré une réaction épidermique comme cela arrive souvent lorsqu’on prend des décisions sur un coup de tête, sans consulter…

QUEL EST LE FLOT LE PLUS DOMMAGEABLE À LA RÉPUTATION DE L’ASSOCIATION DES LIBRAIRES : CELUI QUI A MENÉ AU RETRAIT DE LA LISTE DU PREMIER MINISTRE OU… CELUI ASSOCIÉ AU RETOUR EN LIGNE DE CELLE-CI ?

S’excuser en assumant. Ou… pas du tout

La dirigeante de l’ALQ a continué de pédaler dans la choucroute… puisqu’elle n’est pas parvenue à s’excuser convenablement au Premier ministre. De toute évidence, elle l’a fait sur ordre de son conseil d’administration.

En effet, en déclarant « Mon intention n’a jamais été de heurter qui que ce soit ni de censurer quoi que ce soit », elle a à nouveau tiré à côté de la cible puisque cet argument n’est pas crédible, ni assumé. Qui l’a aidé à préparer ses messages clés ?

Combien ?

Au cours des derniers jours, il y a eu 837 mentions à propos de cette controverse. Toutes ces retombées sont négatives ou neutres.

Legault 2

Les médias traditionnels se sont intéressés à ce sujet à partir du week-end, soit plus tard que la vague de critiques sur les médias sociaux. 
Source : CISION

CETTE « CONTROVERSE MAISON » A ENGENDRÉ UN IMPORTANT DÉFICIT DE RÉPUTATION DONT LE MONDE DE L’ÉDITION AURAIT BIEN AIMÉ SE PASSER…

En effet, cette controverse est venue porter ombrage à tout ce qui se dit et s’écrit de favorable à la lecture, dans les médias, au cours des dernières semaines, au moment de l’achat de cadeaux…

Legault 3

De nombreux chroniqueurs ont jugé l’approche de l’association des libraires du Québec inappropriée, notamment Jean-Marc Salvet du quotidien Le Soleil. Selon Mesure Média, cette chronique a généré un écart négatif de –125 % au bénéfice de l’association des libraires du québec.

Source : Le Soleil 

À retenir :

  • Il y a toujours urgence d’éteindre un incendie ! Mais, la vitesse nécessaire pour intervenir lorsqu’apparaissent — sur les médias sociaux — des commentaires qui déplaisent à une organisation ne doit pas être la même…
  • Quelques minutes de réflexion, et la consultation de stratèges en communication font très souvent la différence !

Novak Djokovic et Anne Casabonne: même combat

À lire maintenant

Tendances RH à surveiller
Novak Djokovic et Anne Casabonne: même combat
C2C quand le consommateur reprend le contrôle sur les marques
Vous pensez démissionner?
Licencier un employé en toute dignité
Sunwing, les influenceurs et… El Clan Pannetón!
Lassitude au boulot: souffrez-vous de «boreout»?
Comment communiquer à mieux avec son enfant?
Se gérer, une crise à la fois
Nourrir sa santé mentale, une bouchée à la fois
Astuces pour embaucher le bon talent
Tendances 2022 en Marketing numérique, rien de nouveau ?