Pierre Gince, PRP, ARP

Mauvais coup médiatique: L’Association des libraires du Québec

par Pierre Gince, PRP, ARP, le 7 décembre 2020


Dans un souci d'impartialité, le Grenier aux nouvelles se dissocie des points de vue de ses chroniqueurs, tout en soutenant le droit à la liberté de presse et d'expression.

Tous les lundis, le président de Mesure Média, Pierre Gince, présente un Bon coup médiatique récent ou… un Mauvais coup !

Il n’y a pas que le froid automnal qui provoque des frissons. Quelques courriels suffisent parfois à créer une véritable tempête médiatique !

Il y a quelques jours, l’Association des libraires du Québec a jugé opportun — à la suite d’un certain nombre de plaintes — de retirer des médias sociaux, une liste de recommandations de lectures créée par un lecteur qu’elle avait sollicitée. De plus, une mise en garde a été apposée avant la vidéo qui présentait ces choix : « Les opinions exprimées par le participant n’engagent que lui. »

Regardons comment il est facile de créer une crise de toutes pièces…

Legault 1

Sources : Facebook de l’Association des libraires du Québec et ICI.RADIO-CANADA.CA

Rappel des faits

  • 25 novembre : en pleine pandémie, François Legault — sans contredit le Premier ministre qui, dans l’histoire du Québec, a accordé le plus d’attention à l’importance de la lecture — trouve du temps pour présenter ses 10 « coups de cœur » ;
  • 27 novembre : à la suite de quelques commentaires déplorant le choix du Premier ministre à titre d’invité et l’une de ses suggestions, l’ALQ retire la liste de son site, tout en y laissant la vidéo de M. Legault… après y avoir ajouté une mention péjorative ;
  • Durant quelques jours, des internautes parlent même d’un projet de boycott des librairies indépendantes – confondant malheureusement cette association avec la coopérative Les libraires ;
  • 30 novembre : sans surprise, l’auteur de L'empire du politiquement correct, Mathieu Bock-Côté, monte aux barricades puisque le Premier ministre s’est fait reprocher d’avoir suggéré cette lecture ;
  • 30 novembre : la directrice de l’ALQ, Katherine Fafard, est forcée de s’excuser par son conseil d’administration qui affirme ne pas avoir été consulté au sujet du retrait de la liste du PM ;
  • 30 novembre : beau joueur, monsieur Legault déclare : « On ne doit pas pénaliser nos libraires indépendants qui n’ont rien à voir avec cette histoire. C’est déjà assez difficile pour eux ces temps-ci. [...] On doit encourager nos auteurs. C’est la meilleure réponse qu’on peut offrir à ceux qui veulent les faire taire ».

Il reste qu’au gouvernement du Québec — notamment au cabinet du Premier ministre et au ministère de la Culture et des Communications — l’Association des libraires du Québec devra rétablir sa réputation qui doit absolument s’appuyer sur la pluralité des opinions.

Qu’est-ce qu’un flot ?

Pour justifier sa décision de retirer la liste du Premier ministre, madame Fafard a déclaré à l’Agence QMI :

« Voyant le flot de commentaires déferler la semaine dernière, j’ai pris la décision trop rapidement de retirer certaines publications sur les réseaux sociaux de l’Association. »

Selon le Larousse, un flot est « une grande quantité, une masse, une marée montante ».

Dans ce cas-ci, il n’y a pas eu de flot. Uniquement une concentration de commentaires allant dans un même sens qui ont irrité la directrice de l’ALQ — ce qui a engendré une réaction épidermique comme cela arrive souvent lorsqu’on prend des décisions sur un coup de tête, sans consulter…

QUEL EST LE FLOT LE PLUS DOMMAGEABLE À LA RÉPUTATION DE L’ASSOCIATION DES LIBRAIRES : CELUI QUI A MENÉ AU RETRAIT DE LA LISTE DU PREMIER MINISTRE OU… CELUI ASSOCIÉ AU RETOUR EN LIGNE DE CELLE-CI ?

S’excuser en assumant. Ou… pas du tout

La dirigeante de l’ALQ a continué de pédaler dans la choucroute… puisqu’elle n’est pas parvenue à s’excuser convenablement au Premier ministre. De toute évidence, elle l’a fait sur ordre de son conseil d’administration.

En effet, en déclarant « Mon intention n’a jamais été de heurter qui que ce soit ni de censurer quoi que ce soit », elle a à nouveau tiré à côté de la cible puisque cet argument n’est pas crédible, ni assumé. Qui l’a aidé à préparer ses messages clés ?

Combien ?

Au cours des derniers jours, il y a eu 837 mentions à propos de cette controverse. Toutes ces retombées sont négatives ou neutres.

Legault 2

Les médias traditionnels se sont intéressés à ce sujet à partir du week-end, soit plus tard que la vague de critiques sur les médias sociaux. 
Source : CISION

CETTE « CONTROVERSE MAISON » A ENGENDRÉ UN IMPORTANT DÉFICIT DE RÉPUTATION DONT LE MONDE DE L’ÉDITION AURAIT BIEN AIMÉ SE PASSER…

En effet, cette controverse est venue porter ombrage à tout ce qui se dit et s’écrit de favorable à la lecture, dans les médias, au cours des dernières semaines, au moment de l’achat de cadeaux…

Legault 3

De nombreux chroniqueurs ont jugé l’approche de l’association des libraires du Québec inappropriée, notamment Jean-Marc Salvet du quotidien Le Soleil. Selon Mesure Média, cette chronique a généré un écart négatif de –125 % au bénéfice de l’association des libraires du québec.

Source : Le Soleil 

À retenir :

  • Il y a toujours urgence d’éteindre un incendie ! Mais, la vitesse nécessaire pour intervenir lorsqu’apparaissent — sur les médias sociaux — des commentaires qui déplaisent à une organisation ne doit pas être la même…
  • Quelques minutes de réflexion, et la consultation de stratèges en communication font très souvent la différence !

Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym

À lire maintenant

Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?
La revanche des bonnes nouvelles
Avez-vous un mentor?