Nathalie Bertrand

Vilains patrons

par Nathalie Bertrand, le 4 mai 2012


C’est connu, rien de nouveau, on le sait déjà: coacher, diriger, éduquer, ça veut dire supporter. Beaucoup. Autre faits connus, les boss manquent de temps, d’écoute, de focus, et parfois d’intérêt. Vilains patrons. Voilà pourquoi on leur donne plein de trucs et de conseils pour devenir plus gentils. Parfois, on les regarde dans le profond des yeux, et on voit même où ça accroche.

Steve Roesler parle de l’importance d’offrir du support quand on gère. Il nuance : supporter ne veut pas dire être le sauveur de ses employés. Sa mention de l’équilibre à atteindre entre le support et la responsabilité est d’ailleurs très pertinente. Pour lire son billet, c’est ici.

J’affectionne beaucoup la notion de responsabilité. Et là là, c’est celle de l’employé qui m’intéresse. La responsabilité et l’imputabilité d’un employé quant au support dont il a besoin pour être mieux et meilleur.

Nombreuses sont les anecdotes de vilains patrons que je me suis faites raconter au fil des années. Y’a celui qui: «Ne voit jamais quand j’ai besoin d’aide», celui qui: «M’en demande toujours trop», celui qui: «Se fout tellement de nous» ou encore celui: «Qu’on dirait qui fait exprès pour toujours me demander des choses que je suis incapable de faire. Y’essaie de me faire sentir incompétent, y doit vouloir que je parte». J’arrête ici, mais il y en a plein d’autres.

Mes répliques ont souvent...

Cliquez ici pour lire la suite de l'article

_____________________________________________________________________

Nathalie Bertrand offre des services conseils en gestion des talents aux dirigeants et gestionnaires de petites entreprises, dans l'industrie des communications.
Visitez son site web
Twitter

À lire maintenant

ChatGPT et SEM: quel sera l'impact sur l’industrie ?
«L’effet Bilbao» et ses idées lumineuses: 3 leçons de marketing
Que devrait-on choisir, la publicité payante ou l’optimisation de la visibilité organique?
Marque employeur: de l’expérience employé à l’engagement
Quoi faire après une entrevue?
Site web B2B: pourquoi l’améliorer?