Grenier Recrutement

L’art d’expliquer son renvoi à de potentiels employeurs

par Grenier Recrutement, le 28 novembre 2019


Après avoir été remercié, vous voilà maintenant en quête d’un nouvel emploi. Déjà que ce n’est pas une tâche aisée que de se trouver un autre gagne-pain après cette difficile épreuve, imaginez devoir faire une entrevue et expliquer la raison de votre renvoi ! Vous vous demandez probablement pourquoi un employeur convoiterait d’embaucher un salarié fraîchement mis à la porte par une autre organisation.  

Ne vous inquiétez pas - et surtout, ne soyez pas craintif ! Malgré un renvoi, votre curriculum vitae ne fera pas de vous le candidat idéal pour une liste noire permanente. Se faire remercier est une chose courante. Tous les jours, des gens se font congédier pour diverses raisons, et elles se retrouvent éventuellement un autre emploi. Vous aussi, vous pourrez trouver un autre travail — votre carrière professionnelle est loin d’être terminée ! Mais pour cela, il faut passer par le processus d’un entretien et votre (futur) employeur pourrait vous questionner sur les raisons de votre licenciement. Pas de panique — avec ces quelques astuces, vous serez bien préparé afin de répondre aux questions (redoutées).

Soyez honnête

On ne le dira jamais assez : les mensonges finissent toujours par refaire surface, alors prenez exemple sur le célèbre adage « honesty is the best policy ». Comme l’honnêteté est la voie la plus sûre, expliquez lors de l’entrevue les raisons qui ont mené à votre congédiement. Ne blâmez pas les autres ni votre ancien employeur — vous serez alors mal perçu. Faites plutôt une brève évaluation des circonstances, montrez que vous acceptez la responsabilité de vos actes, et que vous en êtes sorti grandi de cette terminaison d’emploi. On ne mettra donc pas en doute votre maturité professionnelle. 

Restez-en aux faits

Encore une fois, ne faites qu’une brève description de ce qui a conduit à votre congédiement. Nul besoin de rentrer dans les détails — effleurez le sujet avec transparence et diplomatie. Vous pouvez tout simplement dire que vous ne « répondiez pas aux exigences du poste » et que cette expérience vous a somme toute permis de croître professionnellement et personnellement. Le recruteur ou l’employeur potentiel verra alors en vous force et résilience.

Pratiquez-vous

Il est tout à fait normal d’être émotionnellement ébranlé après une perte d’emploi. Prenez le temps qu’il vous faut pour faire le deuil sur cet épisode de votre carrière. Une fois que le positif aura pris le dessus sur le négatif, vous voilà fin prêt à en parler ouvertement. Écrivez sur papier ce que vous pensez répondre en entrevue, de manière objective, et n’hésitez pas à vous pratiquer (devant un miroir s’il le faut) afin que votre réponse vous vienne naturellement !

Honnêteté, positivisme et préparation seront vos alliés — bonne chance !


Alors, ce CV, on l’envoie en format Word ou PDF?

À lire maintenant

Gérer ses réseaux sociaux à l'interne ou les confier à une agence?
Tops et flops médiatiques de la mi-année 2021
Les erreurs les plus courantes lors de la conception de son site web
2021 se passe comme prévu?
​​​​​​Bon coup médiatique: la vaccination des jeunes
L’état de la confiance et son impact sur les RP
Transformer l’après-crise en avantage concurrentiel
Comment cultiver l’agilité émotionnelle pour atteindre un leadership d’excellence?
Mauvais coup médiatique: le 3e lien
Votre stratégie de communication est-elle en place pour la réintégration de masse?
Ah ce chouchou de LinkedIn!
L’ABC de l’holocratie