Jean-Sebastien Granger (Archipel synergie créative)

Les salons d’exposition: de la mauvaise herbe ou le Klondike?

par Jean-Sebastien Granger (Archipel synergie créative), le 3 octobre 2019


Depuis de nombreuses années, on remarque une prolifération des salons d’exposition. Le Salon de l’Auto, le Salon de l’habitation, le Salon des animaux de compagnies, le Salon du Livre, pour ne nommer que ceux-ci, gagnent en popularité, et ce, partout à travers la planète. La question pour tous les exposants est toujours la même : est-ce un bon investissement ? C’est une question à laquelle il faut s’attarder, car ce ne sont pas tous les exposants qui ont les mêmes objectifs ni les mêmes réalités.

Des avis contraires

Bien souvent, les commentaires négatifs des entrepreneurs suggèrent que le retour sur investissement est mince. Lors d’un Salon International de l’Alimentation de Montréal (SIAL), quelques entreprises en expansion ont grandement bénéficié de leur première présence, et ce, sans expérience. D’autres, pour leur part, ont vécu un désastre financier, malgré leur participation antérieure à d’autres salons. Le constat est que les avis sont polarisés quant à la pertinence de participer à titre d’exposant lors de ces foires commerciales.

Or, Brian Pleet, partenaire consultant senior à la BDC, explique : « Votre succès lors d’une exposition est déterminé avant que celle-ci ne commence ». Pour assurer une planification optimale, la démarche devrait débuter trois mois avant l’événement et perdurer durant les deux mois subséquents. En effet, durant les mois précédant le salon, les commerçants auront tout avantage à faire la promotion de leur participation en précisant la date, l’endroit et le numéro de leur kiosque. Les médias sociaux seront un allié indispensable afin d’y diffuser de l’information et de solliciter leur clientèle cible. Pour les commerces ayant pignon sur rue, le fait de distribuer des invitations sur place est également un bon moyen de créer de l’engouement face à leur participation au salon. C’est également le moment de tirer profit de leur liste d’envoi et de diffuser des infolettres afin d’annoncer les détails de l’événement à leur clientèle.

La technologie, une alliée

Un autre commentaire récurrent est le fait d’avoir l’impression de perdre son temps lors de la participation à un salon. Cependant, avec une stratégie marketing claire, un pitch éclair sans faute, un kiosque attrayant et l’utilisation judicieuse des nouvelles technologies, il est possible de faire vivre une expérience qui sera tout aussi enrichissante pour le client que pour le commerçant. En raison du virage numérique, les différentes industries bénéficient maintenant de fournisseurs et de clients à travers le monde, ainsi que d’une foule de canaux de communications. Les dernières avancées pointent vers la personnalisation de l’expérience et de la communication.

En utilisant les outils de collecte de données mis à leur disposition, les commerçants peuvent recueillir et analyser des informations cruciales sur leurs clients, soit leur profil démographique, leurs préférences et leurs habitudes de consommation. Afin de maximiser la participation à ce type de salons, les entreprises se doivent de faire bon usage de ces données et ainsi peaufiner leur approche client en conséquence. C’est l’occasion de profiter de cette vitrine pour communiquer, démarcher, réseauter et bien sûr, vendre.

Après le salon

Une des erreurs les plus fréquentes après la participation à un salon est de plier bagage et de continuer de vaquer à ses occupations. Le succès d’un salon dépend aussi largement du suivi effectué suite à l’événement. Prendre le temps de communiquer avec les personnes rencontrées, autant les clients que les partenaires potentiels peut faire une grande différence et déboucher sur des retombées intéressantes pour l’entreprise. En affaires tout comme dans le domaine personnel, les gens se souviennent d’avoir été traités avec respect et avec une attention particulière. Planifier du temps pour effectuer des suivis personnalisés est un moyen efficace de se démarquer de la concurrence et de générer de nouvelles ventes.

En somme, la participation à des événements commerciaux tels que les salons demeure toujours un choix. Cependant, tout est dans la manière de l’aborder, et de s’y préparer.

SIAL
Photo via la page Facebook de SIAL


Comme se porte la marque de votre OBNL?

À lire maintenant

Comme se porte la marque de votre OBNL?
Comment créer de la valeur comme Batman?
Tuez votre vache à lait
10 choses à faire avant de postuler sur un poste
Profils atypiques en milieu de travail
Le Design Thinking, aujourd’hui
GIF-tu? Tu devrais!
La publicité doit s’adapter au cynisme ambiant
Une arborescence de site web idéale
L’automatisation, ce n’est pas automatique
Hype Cycle marketing: avoir les moyens de ses ambitions
Les médias traditionnels : une race en voie de disparition?