Sylvie Lamothe (SQRP)

L’œil du rédacteur — Le doublet, un vrai doublé!

par Sylvie Lamothe (SQRP), le 4 septembre 2018


La rédaction épicène, vous connaissez ? C’est celle qui cherche à abandonner l’emploi systématique du masculin en français. Une règle qui fait de moins en moins l’unanimité par les temps qui courent. L’OQLF a d’ailleurs publié de nombreuses recommandations à ce sujet.

L’une des solutions proposées est le doublet, soit l’utilisation des formes masculine et féminine ensemble. Par exemple : le directeur et la directrice, les employés et les employées, des agentes et des agents, etc. Le doublet peut aussi être formé de deux pronoms : ceux et celles, toutes et tous, il ou elle. Même si elle alourdit un peu le texte, cette pratique de rédaction épicène rééquilibre la représentation des hommes et des femmes dans les textes.

L’ordre des noms qui forment le doublet est généralement libre. Par contre, s’il y a un accord à faire et qu’il doit se faire au masculin, il est préférable de placer le nom masculin à côté du mot à accorder. Ainsi, selon cette règle de proximité, on écrirait : « Les représentantes et les représentants syndicaux ont fait une importante déclaration. » C’est tout simple !

sqrp

-

Sylvie Lamothe, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]

À lire maintenant

Adoptez l’assertivité au boulot 
Une jeunesse peu inspirée qui disparait du marché du travail
Le «Dilemme DEI» en entreprise: un parcours sans GPS
Ami, amant, parent, employé: l’art de jongler entre ses rôles
Conseils RH: comment faire face à la pénurie de main-d'oeuvre
Bilan de la reprise événementielle