Sylvie Lamothe (SQRP)

L'œil du rédacteur — Le boute-en-train, un transport collectif ?

par Sylvie Lamothe (SQRP), le 15 mai 2018


Chaque mardi, le Grenier dévoile la Chronique de L'œil du rédacteur, en collaboration avec la Société québécoise de la rédaction professionnelle.

Le boute-en-train est la personne qui met de l’ambiance, qui entraîne les autres dans la bonne humeur. L’expression vient du verbe bouter qui, en ancien français, signifiait « pousser » ou « frapper ». Cet usage a presque disparu, mais il subsiste dans quelques termes où le sens original est toujours sous-jacent. Parmi les plus courants :

boutade : trait d’esprit,

bouture : pousse (d’où les mots bouturer et bouturage),

arc-boutant : ouvrage destiné à soutenir la poussée de voûtes.

Les Belges et les Suisses, eux, utilisent toujours l’expression bouter le feu (à quelque chose). Parfois dans le sens de « mettre le feu », comme dans il a bouté le feu à sa maison, parfois dans le sens de « mettre en émoi », comme dans la nouvelle a bouté le feu au village. Rien à voir avec le fait d’aller jusqu’au boute

sqrp

-

Sylvie Lamothe, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]


L’œil du rédacteur — Pareil, pas pareil : le rhume et la grippe

À lire maintenant

En 2019 le Marketing devra laisser sa place à l’Expérience Client
L’évolution du Multimédia de 1990 à nos jours
L’importance de mesurer les résultats de sa campagne d’influence
Est-ce que les détaillants québécois sont prêts pour le Vendredi Fou/Cyber Lundi?
Comment créer de la valeur comme Batman?
Un autre regard sur les commandites
Êtes-vous le visionnaire, le perturbateur dans votre organisation ?
Portrait de femmes en agence Web
L’importance des avis en ligne (reviews)
Impliquer plusieurs partenaires numériques dans un même projet pourrait vous coûter cher!
L’œil du rédacteur — En français svp!
L’œil du rédacteur — Pareil, pas pareil : le rhume et la grippe