Sylvie Lamothe (SQRP)

L'œil du rédacteur — Le boute-en-train, un transport collectif ?

par Sylvie Lamothe (SQRP), le 15 mai 2018


Le boute-en-train est la personne qui met de l’ambiance, qui entraîne les autres dans la bonne humeur. L’expression vient du verbe bouter qui, en ancien français, signifiait « pousser » ou « frapper ». Cet usage a presque disparu, mais il subsiste dans quelques termes où le sens original est toujours sous-jacent. Parmi les plus courants :

boutade : trait d’esprit,

bouture : pousse (d’où les mots bouturer et bouturage),

arc-boutant : ouvrage destiné à soutenir la poussée de voûtes.

Les Belges et les Suisses, eux, utilisent toujours l’expression bouter le feu (à quelque chose). Parfois dans le sens de « mettre le feu », comme dans il a bouté le feu à sa maison, parfois dans le sens de « mettre en émoi », comme dans la nouvelle a bouté le feu au village. Rien à voir avec le fait d’aller jusqu’au boute

sqrp

-

Sylvie Lamothe, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]


Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes