Sylvie Lamothe (SQRP)

L'œil du rédacteur — Le boute-en-train, un transport collectif ?

par Sylvie Lamothe (SQRP), le 15 mai 2018


Chaque mardi, le Grenier dévoile la Chronique de L'œil du rédacteur, en collaboration avec la Société québécoise de la rédaction professionnelle.

Le boute-en-train est la personne qui met de l’ambiance, qui entraîne les autres dans la bonne humeur. L’expression vient du verbe bouter qui, en ancien français, signifiait « pousser » ou « frapper ». Cet usage a presque disparu, mais il subsiste dans quelques termes où le sens original est toujours sous-jacent. Parmi les plus courants :

boutade : trait d’esprit,

bouture : pousse (d’où les mots bouturer et bouturage),

arc-boutant : ouvrage destiné à soutenir la poussée de voûtes.

Les Belges et les Suisses, eux, utilisent toujours l’expression bouter le feu (à quelque chose). Parfois dans le sens de « mettre le feu », comme dans il a bouté le feu à sa maison, parfois dans le sens de « mettre en émoi », comme dans la nouvelle a bouté le feu au village. Rien à voir avec le fait d’aller jusqu’au boute

sqrp

-

Sylvie Lamothe, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]


L’œil du rédacteur — Un vocabulaire intelligent

À lire maintenant

Du Web au magasin : 12 stratégies pour inciter vos utilisateurs à se rendre dans votre point de vente
Comment obtenir 100 sur PageSpeed Insights…
L’œil du rédacteur — Un vocabulaire intelligent
Pourquoi les gens viennent-ils à vos événements ?
Vous savez ce que vous ne voulez pas, mais ne savez pas ce que vous voulez?
L'œil du rédacteur — Attendre et faire le pied de grue
Que referiez-vous différemment?
Comment on a atteint 100K de vues organiques sur Facebook sur une seule publication
L'œil du rédacteur — Courir les ordures…
Entre liberté et sécurité
L'œil du rédacteur — À tout prix!
Les OBNL dans un contexte de plein emploi