Miriam Bard-Dumont (Noctura)

Ma peine d’amour SXSW

par Miriam Bard-Dumont (Noctura), le 16 mars 2018


Déjà, cinq jours ont passé et il est temps de quitter le soleil du Texas. Je dois reconnaître que j’ai dans le cœur un petit goût doux-amer, et ce n’est pas à cause de la neige qui m’attend. C’est parce que JE N’AI PAS RÉUSSI À METTRE LE PIED À WESTWORLD. Erreur de newbie, j’en conviens. Mais arghhh.

C’était quoi, le stunt Westworld ?

Une expérience de théâtre immersive. Tu embarques dans un truck, tu te fais conduire dans le désert, pis là, tu le vis. Tu comprends c’est quoi les cowboys, le Far West, la taverne et les situations louches qui émergent de ce beau mélange.

Pourquoi suis-je toute chamboulée ?

Je ne suis pas une fan de western. Mais, on a beau dire que l’expérientiel passe par le storytelling, on a rarement la chance d’être transporté dans un autre monde. Les casques de réalité virtuelle continuent à se multiplier, isolant les humains toujours un peu plus les uns des autres.

La vraie immersion, c’est de plonger dans un univers différent. C’est de goûter de nouvelles saveurs, de connecter avec les gens qui nous entourent. L’autre réalité, ce n’est pas la réalité virtuelle. C’est la réalité des autres.

Pis la techno dans nous ça ?

La technologie doit nous rapprocher les uns des autres. Elle doit nous permettre de croire encore à la magie. Elle doit nous faire voir les choses différemment. Pour y arriver, on doit mettre la technologie au service de l’expérience, et non l’inverse. Me semble qu’on est rendu là.

À SXSW, du côté technologique, il n’y avait pas de grande révolution cette année. Au contraire, plusieurs conférences à succès nous ramenaient au storytelling, à l’importance de faire vivre à son public une expérience rassembleuse et surtout, de le toucher droit au cœur.

Bâtir la relation

Souhaitant construire ou solidifier la relation avec leur clientèle, certaines entreprises, courageuses, choisiront d’innover. Cela peut signifier de revoir l’important budget dédié à la publicité traditionnelle et d’investir plutôt dans l’expérientiel. Ça peut aussi vouloir dire de passer de la simple commandite à la création d’expériences nouvelles, risquées et inattendues. Le succès du stunt Westworld en témoigne : le public veut être surpris et ému. Mettons ça dans notre pipe, pis go.

SXSW


Bon coup médiatique: Lion électrique

À lire maintenant

Bon coup médiatique: Lion électrique
Marketing réactif: 5 questions que les marques doivent se poser avant de prendre position
Mauvais coup médiatique: Mega Fitness Gym
Le marché de l’emploi en temps de Covid
Démystifier les événements hybrides (Partie 1)
Mauvais coup médiatique: GNL Québec
Je modélise, donc je suis
Sur le point d’être licencié?
Mauvais coups médiatiques: l’Université d’Ottawa
Bons coups médiatiques: les «opérations de relations publiques» réussies
Planifications stratégiques pour PME: 3 grands constats à réaliser
La diversité en entreprise, simple opportunité d’affaires?