Dan Nielsen (Attitude Marketing)

Les 10 résolutions marketing à prendre pour 2018

par Dan Nielsen (Attitude Marketing), le 26 février 2018


Voici donc le palmarès de nos 10 résolutions marketing pour la nouvelle année.

marketing

Chez Attitude Marketing nous travaillons avec des entreprises de toutes tailles dans plusieurs industries à travers le pays. De la très petite entreprise à celles ayant des marques nationales et internationales, nous élaborons leur développement web, leur création de contenu et la planification de campagnes commerciales de toutes sortes. Bref, nous avons l’expérience d’un large éventail d’activités de mise en marché. En ce début d’année 2018, donc, j’ai passé du temps avec notre équipe afin d’identifier les erreurs les plus répandues que nous avons observées et de vous en faire part afin de vous aider à orienter votre marketing autrement. Voici donc le palmarès de nos 10 résolutions marketing pour la nouvelle année.

10. Éviter d’aller trop souvent en pitch

Peut-être pensez-vous économiser en allant en appel d’offres pour chaque petit projet, mais c’est surtout l’inverse qui se produira. En principe, un pitch a comme objectif la sélection d’une agence avec laquelle vous allez construire une relation de partenariat pendant plusieurs années. Un pitch d’accréditation pour trouver votre partenaire ? — allez-y. Mais, si vous sautez d’une agence à l’autre, projet par projet, vous allez finir par décourager des agences de qualité de vouloir travailler avec vous (et le mot se passe vite entre elles). S’ensuivront un manque de cohérence entre les projets, un manque de profondeur dans les connaissances de l’agence en votre entreprise/industrie et un manque de chimie entre vous et vos agences. Les pitches à répétition essoufflent et désavantagent la cohérence de votre stratégie, Vous serez mieux servi en développant une bonne collaboration avec une agence de confiance pour l’exécution de multiples projets reliés.  

9. Soutenez mieux vos commandites

Les clients nous partagent souvent leur déception face au retour sur l’investissement des commandites. Vous aussi ? Et qu’avez-vous fait pour faire rayonner votre participation ? La réalité est que vous devez travailler fort afin de faire fructifier votre investissement. Sinon, votre chèque devient un don tout simplement.   Plus qu’un logo sur une affiche, il faut négocier des activations sur le site et dans les médias. Il faut évaluer comment la commandite peut s’aligner et alimenter votre plan marketing en général — et il faut investir. La règle d’or est d’investir en actions complémentaires au moins pour l’équivalent de la valeur de la commandite (un ratio minimum de 1:1).  

 8. Commencer toute de suite à investir dans votre marque

Le moment que vous voulez profiter le plus d’un bon niveau de notoriété, c’est trop tard pour la créer. Vous atteignez le moment où vous auriez aimé surfer sur la vague du capital de notoriété de votre marque, et... votre notoriété est famélique. Il ne faut pas attendre que vous soyez dans le besoin — c’est aujourd’hui qu’il faut commencer. Pourquoi ? Parce que la création de la notoriété, ça prend du temps. Combien de temps ? Ça va dépendre de votre niveau d’investissement, de l’engagement de votre clientèle, de l’activité de vos concurrents et maints autres facteurs. La constante, par contre, c’est le facteur temps. Pelleter en avant votre investissement, ne fait que retarder d’autant le développement de votre capital de notoriété. Nul ne sert de courir, il faut partir à point...

7. Faites moins, mieux

En marketing, il faut choisir nos priorités. Il y aura toujours d’autres tactiques, d’autres médias, d’autres directions créatives que vous pourrez prendre, mais il ne faut pas vous laisser distraire. La constance de votre message est aussi importante que le message en soi. Prenez donc le temps au début de bien choisir votre direction et d’établir vos priorités et restez constant par la suite.

6. La promotion est bonne en modération

On ne peut faire exclusivement de la promotion en marketing. Sans investissement dans la notoriété de votre marque, vous ne créez pas de valeur pour le long terme. Toujours vouloir un retour immédiat sur l’investissement vous rend accro à des promotions en série et ne crée pas de fidélité à votre marque. À la place, vous créez chez le consommateur l’habitude d’attendre votre prochaine promotion et vous dévalorisez votre offre.

5.  Bien évaluer le temps et investissement requis pour vos objectifs

Pour le temps, en règle générale, il faut au moins planifier un trimestre d’avance (plus si possible). Quand on se donne le temps pour bien faire des choses, on évite des erreurs et beaucoup de stress. Pour les dollars, il faut éviter d’appliquer des ratios comptables qui ne représenteraient ni votre contexte ni votre réalité.   Il est possible, par exemple, que la campagne nationale d’un million fait par Molson nous donne un ratio de production de 15 % des coûts de médias, mais c’est bien parce que c’est une campagne d’un million. Si vous avez vingt-cinq milles à dépenser en média, ce même 15 % n’ira pas loin.

4. Escompter à vos risques et périls

Pourquoi les marques sont-elles prêtes à donner 10, 15, 20 pourcent en escompte, mais sont-elles réticentes à investir 10, 15, 20 pourcent en marketing ? La pratique de l’escompte est comme une drogue. Le « high » du retour sur l’investissement est immédiat ! Malheureusement, aussitôt le solde terminé, les ventes chutent et la valeur de votre marque baisse. Quand vous réduisez votre prix, vous créez de la demande pour des réductions de prix. Prenez ces mêmes dollars et investissez-les à faire connaitre votre marque et ses avantages et vous créerez votre capital de notoriété et par le fait même de la valeur. Quand vous investissez dans la notoriété, vous créez de la demande pour votre marque.

3. Occupez-vous de votre site Web

Votre site, est-il une simple brochure numérique ou la plaque tournante de votre stratégie marketing ? Est-il efficace et fonctionnel sur toutes les plateformes, incluant le mobile ? Quel est le rôle de votre site dans le cycle d’achat de votre clientèle ? Serait-il judicieux de faire du commerce électronique ? Êtes-vous préoccupé par votre SEO et la capacité des gens à vous retrouver facilement en ligne ? Surveillez-vous attentivement vos médias sociaux ? Gérez-vous vos communautés en ligne ? Aujourd’hui, le web est devenu incontournable et ceux qui prennent du retard prennent de grands risques de se faire doubler et laisser loin derrière.

2. Déterminer vos objectifs avant de choisir vos tactiques

Souvent les clients nous appellent avec des demandes précises. « Je veux une campagne médias sociaux. »  Ou bien, « Je veux faire un vidéo Youtube. »   Ou encore, comme vous, nos clients se font régulièrement appeler par des représentants des médias avec des offres fantastiques de visibilité pour un temps très limité. « Je peux être à la radio pendant 2 semaines si je dis oui demain. »  À ces clients, je prêche toujours la patience. Il ne faut jamais réagir en marketing, surtout quand notre budget est limité. Faites d’abord votre plan et déterminez d’avance les médias et les tactiques qui sont logiques pour accomplir vos objectifs et vous serez en meilleure posture pour juger si l’offre devant vous est véritablement alléchante.

1. Voyez plus loin que la mesurabilité des médias 

Il est très tentant aujourd’hui de mettre tout votre argent dans des campagnes Adwords, Facebook et compagnie, car elles offrent des forfaits basés sur de la performance (pay per click) et elles offrent du ciblage efficace. Je les aime beaucoup, car elles peuvent nous aider à bien mesurer l’efficacité de nos efforts et  à rajuster rapidement notre tir sur le terrain. Elles ont bien remplacé les anciennes tactiques de marketing direct (publipostage et télémarketing) avec un cout d’exécution beaucoup plus favorable. Mais ces solutions ne sont qu’une composante d’un mix marketing qui doit être plus large si l’on veut percer dans des conditions de marché hyper concurrentielles. Pour la création de la notoriété, il y a des médias de masse qui continuent de très bien fonctionner aujourd’hui, et leurs couts sont de plus en plus intéressants.   Quand on utilise un mix marketing combinant des médias de masse et numériques, l’un nous aide à mesurer l’autre et notre impact est beaucoup plus important. L’importance est de bien identifier ce que l’on veut accomplir dans l’immédiat et sur le long terme.

En ce début d’année, vous avez la chance de partir du bon pied avec vos plans marketing, en commençant par de bonnes résolutions. Nous espérons que ce palmarès d’Attitude Marketing vous sera utile et vous procurera une année 2018 remplie de succès !


Ce que les acheteurs pensent des transformateurs alimentaires

À lire maintenant

Du Web au magasin : 12 stratégies pour inciter vos utilisateurs à se rendre dans votre point de vente
Comment obtenir 100 sur PageSpeed Insights…
L’œil du rédacteur — Un vocabulaire intelligent
Pourquoi les gens viennent-ils à vos événements ?
Vous savez ce que vous ne voulez pas, mais ne savez pas ce que vous voulez?
L'œil du rédacteur — Attendre et faire le pied de grue
Que referiez-vous différemment?
Comment on a atteint 100K de vues organiques sur Facebook sur une seule publication
L'œil du rédacteur — Courir les ordures…
Entre liberté et sécurité
L'œil du rédacteur — À tout prix!
Les OBNL dans un contexte de plein emploi