Sébastien Blais

Le domaine de l’événementiel t’intéresse?

par Sébastien Blais, le 20 février 2018


(texte originalement publié sur le site d'OPC Événements)

Tu dois faire ton choix pour l’Université et l’événementiel t’intéresse ?

Pour beaucoup de finissants, les mois de février et mars sont des mois chargés en émotions, excitation et incertitude. En effet, pour tous ceux qui terminent leur secondaire, leur CÉGEP ou qui réorientent leur carrière universitaire, les dates limites pour soumettre les choix de programmes approchent à grand pas. Si tu souhaites rejoindre l’équipe d’une agence en événementiel, cet article est pour toi.

Pour commencer, qu’est-ce qu’un organisateur d’événements ?
Un organisateur ou une organisatrice d’événements gère tous les aspects des réunions d’entreprises, d’événements spéciaux et de d’autres rencontres importantes. Il est excellent communicateur et sait entretenir d’excellentes relations avec ses fournisseurs, ses clients actuels et potentiels. Il est aussi apte à gérer plusieurs dossiers simultanément et peut exécuter ses fonctions sous pression dans des délais souvent très serrés. En plus d’être extrêmement organisé, il est curieux et se tient au parfum des nouvelles tendances de son milieu.

L’«event planner» est débrouillard et créatif et possède des nerfs d’acier. Souvent, il sera amené à trouver un plan «B», «C» ou «D» sans bénéficier d’aucune période de réflexion. C’est un joueur d’équipe qui sait quand devoir aider un collègue dans le besoin ou quand vient le temps de déléguer une tâche spécifique pour le bon déroulement d’un événement. C’est un gestionnaire hors pair qui n’a pas peur du terme «toute autre tâche connexe».

Bien évidemment, cette liste est loin d’être exhaustive. Toutefois, elle propose un portait assez juste des qualités et aptitudes à avoir ou à développer pour exceller dans la profession. En effet, être organisateur d’événements, coordonnateur événementiel est loin de l’image préconçue qu’on en tête tant de personnes. C’est un emploi exigeant et difficile et rares sont les opportunités durant lesquelles vous pouvez profiter pleinement des événements sur lesquels vous travaillez. Toutefois, si vous rêvez d’une carrière stimulante qui ne sera jamais ennuyante, cette carrière a de bonnes chances d’être pour vous.

La profession d’organisateur d’événements a vraiment connu un essor dans les vingt dernières années, suite à l’expansion grandissante de ce domaine. Pour cette raison, un grand nombre de professionnels seniors dans le domaine n’ont pas fait d’études spécifiques en événementiel. Néanmoins, les établissements scolaires se sont ajustés face à la demande dans le marché du travail et de nouveaux programmes d’études ont été créés.

Voici une liste non-exhaustive des choix qui s’offrent à vous :
Cégep de Rivière-du-Loup / Collège Dawson / Cégep Saint-Laurent (Montréal) / Cégep du Vieux-Montréal / Cégep de Saint-Jérôme / Collège Laflèche (Trois-Rivières)
Technique d’intervention en loisir, culture et tourisme (DEC 3 ans)

UQAM
Baccalauréat en animation et recherche culturelles
Baccalauréat en communication
Baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie

UQTR
Baccalauréat en loisir, culture et tourisme
Diplôme d’études supérieures spécialisées en loisir, culture et tourisme

Université TÉLUQ
Certificat en gestion du tourisme

Collège Lasalle
Planification d’événements (AEC)

ITHQ
Coordination d’événements d’affaires

Collège Mérici
Gestion d’événements et de congrès

Zoom Académie
Organisateur d’événements niveau 1 et Lancement d’une entreprise (ASP)

L’École du Show-Business Internationale
Organisation d’événements artistiques, culturels et corporatifs

La Cité – Le Collège d’arts appliqués et de technologie
Gestion de projets événementiels

Bien qu’il y ait maintenant une panoplie de programmes de formation offerts pour s’introduire et/ou devenir assez outillé pour débuter sa carrière en création d’événements, il est important de retenir qu’il n’existe pas de parcours précis pour commencer à exercer cette profession.

Toutefois, de plus en plus d’employeurs préfèrent engager une recrue ayant complété un parcours académique dans le domaine de l’événementiel, comme cela démontre un réel engagement envers la profession.

En plus de compléter un cours quelconque pour en apprendre davantage sur le domaine, il est important de gagner le plus d’expérience possible en travaillant en tant que bénévole pour divers événements. Cela vous permettra de bâtir un c.v. solide qui saura attirer l’attention des employeurs, même si vous n’avez pas de certification scolaire dans le domaine. Gagner de l’expérience peut aussi vous donner une meilleure perspective sur le domaine. Il y a plusieurs organismes sans but lucratif qui ont besoin de bénévoles pour leur gestion d’événements. Que vous travaillez en tant que bénévole à la table d’enregistrement d’un événement ou en gestion de médias sociaux, vous gagnerez une expérience considérable. Si vous participez à une entrevue avec 10 événements à votre actif – même si vous étiez un bénévole non rémunéré – vous vous distinguerez de vos concurrents.

Vous pouvez aussi considérer prendre un rôle de «leader» lors des événements familiaux et entre amis.

Bref, gagnez de l’expérience partout où vous le pouvez !

Sources:
http://www.marianik.com/2010/03/118-2/
http://www.ithq.qc.ca/ecole/futurs-etudiants/programmes-detudes/programme/formation-superieure-en-gestion-devenements
https://www.jobboom.com/fr/metiers/planificateur-evenements-speciaux
https://www.themuse.com/advice/how-to-break-into-event-planning


5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL

À lire maintenant

5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes
20 ans d'entrepreneuriat, 20 ans de transformation
Faux pas à éviter quand on commence un nouvel emploi