Société québécoise de la rédaction professionnelle

L'œil du rédacteur — Pleut-il averse ou à verse ?

par Société québécoise de la rédaction professionnelle, le 7 novembre 2017


Oui, la tentation est forte d’écrire « il pleut averse » puisque cela semble tomber sous le sens. Cependant, l’expression s’écrit bel et bien « il pleut à verse », laquelle tient son origine de la locution plus ancienne « il pleut à la verse », comme si quelqu’un versait des seaux d’eau sur la tête des gens.

D’ailleurs, puisqu’il est question d’averses, est-il correct de spécifier le type d’averses, c’est-à-dire d’annoncer des averses de pluie, de neige ou de grêle ? En fait, le mot averse signifie une pluie subite et abondante, parfois violente, mais toujours de courte durée. Il est donc redondant de parler d’averses de pluie. Par contre, il est tout à fait correct d’annoncer des averses de neige ou de grêle.

-

Sylvie Goulet, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]

À lire maintenant

Regard vers le futur: quelles seront les plateformes sociales de demain?
Une jeunesse peu inspirée qui disparait du marché du travail
Le «Dilemme DEI» en entreprise: un parcours sans GPS
Ami, amant, parent, employé: l’art de jongler entre ses rôles
Conseils RH: comment faire face à la pénurie de main-d'oeuvre
Bilan de la reprise événementielle