Société québécoise de la rédaction professionnelle

L'œil du rédacteur — Pleut-il averse ou à verse ?

par Société québécoise de la rédaction professionnelle, le 7 novembre 2017


Oui, la tentation est forte d’écrire « il pleut averse » puisque cela semble tomber sous le sens. Cependant, l’expression s’écrit bel et bien « il pleut à verse », laquelle tient son origine de la locution plus ancienne « il pleut à la verse », comme si quelqu’un versait des seaux d’eau sur la tête des gens.

D’ailleurs, puisqu’il est question d’averses, est-il correct de spécifier le type d’averses, c’est-à-dire d’annoncer des averses de pluie, de neige ou de grêle ? En fait, le mot averse signifie une pluie subite et abondante, parfois violente, mais toujours de courte durée. Il est donc redondant de parler d’averses de pluie. Par contre, il est tout à fait correct d’annoncer des averses de neige ou de grêle.

-

Sylvie Goulet, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]


5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL

À lire maintenant

5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes
20 ans d'entrepreneuriat, 20 ans de transformation
Faux pas à éviter quand on commence un nouvel emploi