Société québécoise de la rédaction professionnelle

L'œil du rédacteur — Au Québec, on s’ennuie plus qu’ailleurs…

par Société québécoise de la rédaction professionnelle, le 30 mai 2017


Le verbe ennuyer est un verbe transitif qui signifie causer la contrariété, lasser ou éprouver de l’ennui. Toutefois, sa forme pronominale s’ennuyer est en usage seulement au Québec et dans la francophonie canadienne. Ainsi, nous sommes les seuls à nous ennuyer d’une personne aimée ou à nous ennuyer du village de notre enfance. On s’ennuie aussi quand il n’y a rien à faire et que l’on est tout seul.

Même chose dans le cas de l’adjectif ennuyant/ennuyante, qui est propre à la francophonie canadienne et à la Belgique. Au Québec, vous êtes ennuyant quand il s’agit de quelque chose d’occasionnel, mais vous êtes ennuyeux quand cela est inhérent à votre personnalité. Par exemple, mon oncle est ennuyant quand il raconte ses voyages, mais sa femme, elle, est ennuyeuse comme un jour de pluie.

-

Sylvie Goulet, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]


Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes