Société québécoise de la rédaction professionnelle

L'œil du rédacteur — J’ai l’air de quoi?

par Société québécoise de la rédaction professionnelle, le 30 mars 2017


Dans l’expression avoir l’air, doit-on accorder l’adjectif qui suit avec le mot air ou avec le sujet du verbe? En fait, il faut d’abord se demander si on désigne l’expression du visage ou si on utilise la locution comme synonyme aux verbes sembler, paraître. Ainsi, quand il s’agit de mettre l’accent sur l’expression du visage ou sur l’allure d’une personne, le problème se règle en utilisant le déterminant un, ce qui enlève toute ambiguïté : Ces fillettes ont un air mystérieux. Par contre, quand la locution avoir l’air a le sens de sembler ou paraître, on maintient le déterminant défini « l’ » et l’adjectif s’accorde avec le sujet, lequel peut être une personne ou une chose. Ainsi, on aura Ces fillettes ont l’air mystérieuses ou Ces pommes ont l’air mûres (paraissent, semblent mûres). Simple, n’est-ce pas?

-

Sylvie Goulet, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]

À lire maintenant

Regard vers le futur: quelles seront les plateformes sociales de demain?
Une jeunesse peu inspirée qui disparait du marché du travail
Le «Dilemme DEI» en entreprise: un parcours sans GPS
Ami, amant, parent, employé: l’art de jongler entre ses rôles
Conseils RH: comment faire face à la pénurie de main-d'oeuvre
Bilan de la reprise événementielle