Société québécoise de la rédaction professionnelle

L'œil du rédacteur — Je ne voudrais pas me commettre davantage…

par Société québécoise de la rédaction professionnelle, le 21 février 2017


Entendu cette semaine : tout le monde a de bonnes intentions, mais personne ne se commet. L'expression se commettre est le calque de la locution verbale anglaise to commit oneself. Il aurait fallu dire tout le monde a de bonnes intentions, mais personne ne s’engage ou tout le monde a de bonnes intentions, mais personne n’agit.

-

Sylvie Goulet, rédactrice agréée de la SQRP

Pour nous écrire : [email protected]


Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions

À lire maintenant

Désinformation et menaces informatiques: l’intelligence artificielle au cœur des solutions
Pourquoi les villes et municipalités devraient-elles choisir WordPress?
5 astuces pour réussir votre marketing numérique pour OBNL
Bon coup médiatique: Hydro-Québec
Ergonomie 101
Hausse salariale: comment s’y prendre?
Bon coup médiatique: la santé mentale
Évitez de vous brûler au travail
Mauvais coup médiatique: Anne Casabonne
Aux urnes, communicateurs!
Bons coups médiatiques: Leylah Fernandez et Félix Auger-Aliassime
Cinq conseils pour rehausser l’expérience des portes ouvertes