• La LNI: espèce menacée

    La Ligue Nationale d’Improvisation (LNI) a lancé la campagne de financement « improvisateurs – espèce menacée », à laquelle participe bon nombre d’alumnis qui ont à cœur la mission de l’organisation, car elle souhaitait assurer sa pérennité et étendre ses services en amont.

    « Avec sa créativité unique qui n’entre pas dans les cadres traditionnels, il est important de positionner la LNI comme un joyau incontournable de l’écosystème culturel québécois, et ce, en se donnant les moyens de remplir la mission dans un contexte toujours plus grand! Nous voulons notamment accroître notre rôle, pour ainsi soutenir la pratique de l’impro dans un contexte éducatif unique », souligne Pierre Carrier, président de la LNI.

    Permettant aux artistes de s’exprimer librement et de s’épanouir, la LNI est la fusion de disciplines éclatées, telles que le théâtre expérimental, le cinéma contemporain et la télévision moderne.

    Les coûts de production augmentant considérablement face à la réalité scénique moderne, la LNI ne peut toutefois pas augmenter le coût de ses billets de façons drastique, puisque les intéressés sont majoritairement des étudiants et des abonnées. Ainsi, avec cette campagne de financement, la LNI désirerait financer l’élargissement de ses activités, tout en développant de nouveaux créneaux, et ce, tout en conservant intégralement la même qualité.

    Par le biais de la plateforme Indiegogo, la campagne de 60 jours récolte du soutien grâce à des forfaits originaux. Pour en connaître davantage sur les détails et pour supporter la LNI : http://igg.me/at/lni.