• Normand Grenier : Le parcours 
d’un visionnaire

    Lorsque Normand Grenier a annoncé sa retraite en 2013, une page de l’histoire de la publicité au Québec s’est tournée.

    Alors que le bulletin du Grenier cède sa place au nouveau Grenier magazine, Normand R. Grenier a accepté, à la demande du Grenier aux nouvelles, de plonger dans ses souvenirs. Voici donc, en cinq moments clés, le parcours du conquérant de Normand R. Grenier.

    1962-1976

    Tout juste sorti du secondaire, à l’âge de 17 ans, Normand R. Grenier est embauché par S. Coorsh & Sons, qui se spécialise dans l’alimentation. Déjà à l’époque, la publicité suscite son intérêt. « Le Publicité Club de Montréal a été créé en 1959, trois ans avant que je ne sois embauché chez S. Coorsh & Sons, se rappelle-t-il. Mais on m’a dit que j’étais trop jeune pour aller en publicité et qu’il était préférable que j’aille voir de l’autre côté du comptoir. Je suis donc devenu acheteur et j’ai pu voir comment les vendeurs et le département du marketing travaillaient. » Il travaillera 15 ans au sein de S. Coorsh & Sons, puis de Robin Hood, qui a acquis l’entreprise en cours de route. En 1976, un transfert à Calgary ne cadre pas avec son plan d’avenir : il plonge donc dans l’univers de la publicité.

    1976-1982

    Après avoir quitté le monde de l’alimentation, il se tourne vers le monde de la publicité. « J’aimais la publicité et je voulais voir ce que je pouvais y faire », explique-t-il. C’est ainsi qu’en compagnie d’un collègue, il lance à Saint-Jérôme, en 1976, l’agence Votrimage. « On faisait du porte-à-porte dans toutes les compagnies de Saint-Jérôme, se souvient-il. Ç’a été très difficile pendant cinq ans. On visait des petites entreprises qui n’avaient jamais fait de publicité et qui ne comprenaient pas l’intérêt d’en faire, ni les montants que ça demandait. Je me rappelle ne pas avoir pu me verser de salaire à quelques reprises parce que l’agence ne faisait pas d’argent. »

    1982-1985

    Loin de se laisser abattre par l’échec de Votrimage, Normand R. Grenier obtient, en 1982, une attestation en publicité de HEC. Il est ensuite embauché comme administrateur publicitaire au sein de BCP Publicité. « C’est à ce moment que j’ai commencé à connaître les agences de publicité », indique-t-il. Il fera ainsi un court passage, en 1985, chez Publicité Martin avant de se lancer dans une nouvelle aventure, l’agence Grenier aux images. Cette agence, qui offrait des services de photographie, poursuivra ses activités pendant un an.

    1986-1992

    L’année 1986 marque un virage important dans la carrière de Normand R. Grenier. En effet, le Mondial de la publicité francophone, qui se tient cette année-là, ouvrira les portes du milieu associatif à l’entrepreneur passionné de publicité. Présent au Mondial à titre de bénévole, il se fait remarquer par le Publicité Club de Montréal, qui le recrute en 1987 à titre d’adjoint au directeur général. Pendant cinq ans, il s’occupe des communications du Club, mais aussi du nouveau bulletin de l’association. « Les membres du PCM aimaient le bulletin », souligne-t-il, qui s’en inspirera pour lancer, en 1992, le Grenier aux nouvelles.

    1992-2013

    Inspiré par le bulletin du PCM et celui créé pour le monde du cinéma par Jean-Pierre Tadros, il décide, une fois de plus, de se lancer dans le monde des affaires. Il fonde le Grenier aux nouvelles qui diffuse, à compter du mois d’août 1992, un bulletin consacré au monde de la publicité et du marketing. Pendant ses cinq premières années, le bulletin se résume à une page sur laquelle sont mentionnés les mandats des agences, les mouvements de personnel, les bons coups de la semaine en publicité et les appels d’offres, entre autres. À l’arrivée des offres d’emploi, le bulletin gagne une page. « Les offres d’emploi ne sont pas arrivées dès le départ, rappelle-t-il. En fait, je n’y avais même pas pensé, alors que c’est ce qui s’est avéré le plus rentable ! C’est Télé-Québec qui, la première, a voulu publier une offre d’emploi. » Son pari a fini par rapporter gros. « Le lundi, tout le monde lisait notre bulletin, se réjouit-il. On rejoignait de 10 000 à 15 000 personnes tous les lundis matins alors que l’industrie comptait environ 45 000 personnes. »

    Après avoir subi un AVC aphasique en 2011, Normand R. Grenier a vendu l’entreprise, en septembre 2012, à son employé, Eric Chandonnet, qui travaillait pour lui depuis 12 ans. Aujourd’hui à la retraite, M. Grenier se porte très bien et en profite pour s’occuper de ses petits-enfants et de vivre à fond sa passion de la photographie.

    Normand R. Grenier a reçu un magnifique tableau peint par Jean Landry de lg2, offert par le nouveau président du Grenier aux nouvelles, Eric Chandonnet, à la soirée des Greniers d'or en janvier 2013.


    En rafale

    Voici quelques réflexions de Normand Grenier sur…

    1. 
le succès du bulletin du Grenier aux nouvelles : 
« Quand on a commencé, je savais que le milieu de la publicité aimait le commérage et que les gens aimeraient lire le bulletin pour savoir qui fait quoi, qui est rendu où, etc. Mais je ne pensais jamais que ça prendrait une telle ampleur. »

    2. 
les offres d’emploi : « Je ne compte plus le nombre de personnes qui m’ont dit qu’elles avaient trouvé un emploi grâce au Grenier. 
Je suis très fier de ça. »

    3. l’internet : « L’arrivée de l’internet a tout changé. Alors qu’au départ on pouvait parler à tous les présidents d’agence simplement en appelant, avec l’arrivée de l’internet, tout le monde s’est mis à demander des courriels ou à transférer les demandes à leur secrétaire. C’est aujourd’hui très difficile d’avoir de l’information. »

    4. 
l’avenir du Grenier aux nouvelles : « J’aimerais que le Grenier aux nouvelles perdure, et je crois que ce nouveau produit sera très apprécié par la communauté des communicateurs. »

    " J’aimais la publicité et je voulais voir ce que je 
pouvais y faire " – Normand Grenier

    Vidéo hommage à Normand Grenier

    L'APCM a rendu hommage à Normand Grenier, en 2012. Cliquez ici pour voir la vidéo.

    Article paru dans le Grenier magazine du 5 septembre 2015. Pour vous abonner, cliquez ici.