• Pinterest et Instagram: un virage e-commerce simultané

    On m’a souvent répété qu’une idée, aussi originale soit-elle, ne constitue que 5% des chances réelles de réussite d’une entreprise.

    Je peux facilement adhérer à ce principe et il est somme toute facile de voir que les entreprises qui réussissent sont beaucoup plus qu’un éclair de génie ici et là. Elles sont menées par des visionnaires, par un désir et une mission qui pavent tous deux la voie à la réussite.

    Toutefois, même si on peut aisément dire que cette idée n’est pas le cœur même de l’innovation, on se doit d’admettre que d’être le premier à l’imaginer nous donne une certaine longueur d’avance. Encore plus si on est le premier à lui donner vie. L’essor technologique des dernières années voit naître de nouvelles plateformes et de nouveaux outils chaque jour, à un rythme incroyable pour l’utilisateur. L’exclusivité, même si elle n’est souvent que de courte durée, peut rapidement devenir un avantage concurrentiel, car elle permet de toujours être identifié comme un précurseur, un innovateur. La bataille Facebook et Google+ en fut un bon exemple. Malgré une notoriété immense, Google n’aura jamais su détrôner Facebook à titre de réseau social grand public. Le constat est très simple: pour faire migrer une population établie vers un nouvel outil, l’avantage proposé doit être notable, pour ne pas dire inégalable.

    C’est le pari que devra prendre Pinterest lors de son entrée en scène dans le monde du e-commerce. La plateforme, à mi-chemin entre le réseau social et l’outil de recherche, a annoncé hier la venue des boutons d’action, ou Action Buttons, qui permettra aux internautes de magasiner directement à partir de leurs tableaux. Les fonctionnalités dont on parle sont déjà très intéressantes, allant de l’ajout d’un objet à son panier Amazon, jusqu’à la commande en temps réel des ingrédients nécessaires à la réalisation d’une recette. Nul doute que des 70 millions d’utilisateurs actifs présents sur Pinterest, plusieurs se verront tenter de se faciliter la vie, au plus grand plaisir des entreprises qui font déjà ou feront partie de la communauté.

    Le seul hic pour Pinterest: Instagram qui annonce au même instant l’arrivée de boutons e-commerce pour les annonceurs déjà présents sur la plateforme. À quelques différences près, l’application de partage de photos a dévoilé tout récemment un système qui permettra aux entreprises d’ajouter à leurs publications des boutons qui permettront des téléchargements, une visite vers une page externe, ou un achat rapide sur leur site. Bref, un système qu’on peut aisément comparer à ce que Pinterest prévoit lancer sur iOS d’ici la fin du mois et sur Android et autres plateformes, probablement d’ici la fin de l’année (date non officielle). Certes les deux réseaux se partagent des buts et visées complètement différents; elles se partagent toutefois en bonne partie un bassin de visiteurs réguliers dans une même tranche d’âge.

    À première vue, l’utilisation décrite par Pinterest semble plus avancée, permettant d’acheter plusieurs objets à la fois pour accomplir une recette, par exemple. Qui plus est, les gens utilisant Pinterest le sont souvent en situation de pré-achat, à la recherche d’idées et de produits pour eux. Il y a donc déjà un univers commercial autour du réseau social et la nouvelle fonctionnalité devrait faciliter la tâche de recherche de plusieurs et attirer une clientèle plus vaste.

    Le fait que deux grands de l’industrie annoncent un changement à ce point similaire dans une période très courte ne signifie pas nécessairement que l’un deux gagne et que l’autre perd, aucunement. Les gens auront par contre un comparatif au moment de l’arrivée des action buttons sur Pinterest et seront donc plus enclins à juger la fonctionnalité sévèrement. Reste à voir comment se développera le e-commerce sur ces deux plateformes. Il y a fort à parier que l’implantation peut rapporter gros, reste à savoir qui des deux en profitera le plus.

    _____________

    A propos de l'auteur

    Diplômé d’un baccalauréat et d’une maîtrise en communication-marketing de l’Université de Sherbrooke, Maxime Courchesne se passionne pour les nouvelles technologies ainsi que leur apport aux marques et aux entreprises. Agissant à titre de conseiller communications numériques et médias sociaux pour l’agence AVENUE 8, il met au service de son équipe et de ses clients une expertise en optimisation de la présence sur le Web et en stratégie numérique. S’impliquant à titre de directeur des relations universitaires de l’Association des professionnels de la communication et du marketing (APCM), il désire souligner les accomplissements de la relève et leur offrir une place de choix dans l’industrie.