• Une campagne de la SAAQ suscite de vives réactions sur Facebook

    La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a lancé une campagne sur le thème Partageons la route, qui a suscité une déferlante de commentaires négatifs auxquels les gestionnaires de communauté de la Société ont su répondre avec doigté.

    Deux publicités de la SAAQ, créées par lg2 et partagées sur Facebook, ont retenu l’attention des internautes. La première invite les automobilistes à laisser plus de place aux cyclistes sur la route alors que la seconde rappelle à ces derniers de se tenir loin des angles morts des véhicules lourds.

    Dans les deux cas, de nombreux abonnés Facebook ont choisi de partager leur frustration à l’égard des cyclistes et n’ont pas hésité à employer des formules choc.

    «Soyez assurés que le jour où je devrai choisir entre rentrer dans un vélo ou rentrer dans un dix roues plein de sable pour faire un face à face, je ferai le bon choix», écrit une internaute.

    Lorsque vous circulez à vélo, tenez-vous loin des angles morts des véhicules lourds.

    Posted by Société de l'assurance automobile du Québec on Tuesday, May 19, 2015


    «Les pedaleux SUR LES PISTE CYCLABLE TASSER VOUS DANS LE CHEMAIN C DE VOTRE FAUTE SI ON VOUS FESSE EN CHAR VOUS ROULER A 2 pieds dla fucking ligne blanche HEY ON NEN MESURE 8 de large avec nos char pis je la frole plus que sa... (sic)», ajoute un autre.

    Lorsque vous dépassez un cycliste, laissez une distance de 1 m entre le cycliste et votre véhicule et de 1,5 m sur les routes en milieu rural.

    Posted by Société de l'assurance automobile du Québec on Tuesday, May 12, 2015


    Devant l’accumulation de commentaires choquants, la SAAQ a pris le taureau par les cornes et s’est employée à répondre à ses détracteurs les plus acerbes, illustrant du coup l’importance d’une bonne gestion de communauté.

    Car en plus de tempérer les messages négatifs des abonnés, la SAAQ est parvenue, par ses messages, à instaurer un dialogue avec ses abonnés Facebook et à transmettre des informations sur sa campagne et les règles du Code de la sécurité routière.

    En bout de ligne, la proactivité de la SAAQ lui aura permis de jeter un éclairage nouveau sur sa campagne, en dépit des réactions parfois épidermiques de certains internautes, et de faire passer son message. Un exemple à suivre pour les marques dont des campagnes suscitent des vagues de critiques sur les réseaux sociaux.