• Boogie Studio est mort, vive BLVD

    Nouveau nom, nouvelle identité de marque et expansion à New York pour Boogie Studio. La sympathique boîte de postproduction innove et devient BLVD, le one-stop workshop et la première maison de production québécoise complètement intégrée. Le Grenier aux nouvelles s'est entretenu en exclusivité avec Benoît Martel, directeur général associé de BLVD.

    Après huit années marquées par l'innovation, Boogie Studio prend un tournant majeur, les yeux rivés vers l'avenir.

    Une intégration verticale

    C'est suite à une tournée mondiale qui l'a emmené dans 47 agences différentes il y a deux ans que Benoît Martel a pu constater les lacunes et prédire les besoins du futur. «Cette tournée m'a permis de voir dans quelle direction le marché se dirigeait, et j'en ai conclu qu'une intégration des services était la voie du futur, surtout en raison de la démocratisation des équipements et logiciels de production. C'est devenu la vision stratégique de BLVD: un produit axé sur la conception et le design, et non sur les machines pour les produire.»

    BLVD fait le choix de se rapprocher de la création, de diversifier son offre et de rapatrier ses services sous une seule bannière, offrant maintenant des services entièrement intégrés. Cette décision permettra au studio de s’assurer que le contenu sera réfléchi en fonction de chacune des plateformes, et qu'il s'adaptera bien aux besoins invidivuels de celles-ci.

    «Notre décision est venue du constat que les budgets sont fractionnés en portions de plus en plus petites, étant donné qu'il y a maintenant beaucoup plus de mediums de communication qu'il y a 15 ans, par exemple, déclare Benoît Martel. Cette verticalisation à vitesse grand V nous permettra de maximiser les budgets des annonceurs et d'ouvrir la porte à d'excellents concepts, à la fois créatifs et technologiques.»

    Collectif créatif

    Le studio proposera dorénavant plusieurs produits mix-média orientés vers l'interactif et l'immersif, se dotant au passage d'un collectif de dix réalisateurs de tous horizons afin de compléter le volet créatif. C'est Thibaut Duverneix, détenteur d'une mention ADC de Young Guns et ex-collaborateur de Moment Factory, de la Place des Arts et de l’ONF qui prendra la direction de cette nouvelle équipe, en plus de devenir associé de BLVD.

    «On recherchait des gens qui offrent un potentiel très créatif, même en matière de pub plus traditionnelle, souligne Thibaut Duverneix. Des gens aussi tournés vers les nouvelles technologies, le design et une nouvelle façon de raconter des histoires sur d’autres plateformes. J’aime les personnes dont le travail est empreint de leur personnalité, dont on peut reconnaître la signature.» Cette nouvelle équipe comptera Stéphane Landry, Éric Bolduc, Étienne Tallard, yaco, Georges Fok de la Compagnie Invisible, les Sanchez Brothers et Françoise Lavoie-Pilote.

    Le chapitre New York

    Repoussant ses limites tant technologiques que géographiques, BLVD New York ouvre ses portes et agira en tant qu'entité autonome de BLVD, tout en travaillant en étroite collaboration avec Montréal. «Notre porte d'entrée vers le marché new-yorkais sera notre approche non-traditionnelle, soutient Benoît Martel. Nous nous concentrerons sur la conceptualisation et la production d'un storytelling multiplateforme, qui alliera technologie et créativité. Nous recruterons des réalisateurs de renom et de qualité. C'est ce qui nous distinguera des agences mondiales déjà sur place.»

    Le bureau new-yorkais sera piloté par Danny Rosenbloom (ex-MTV, -Razorfish, -PSYOP, -Brand New School), qui portera aussi le chapeau de producteur exécutif associé.

    Pour en savoir plus sur BLVD, visitez son site web.

    Soirée de lancement (vidéo + photos)

    SOIRÉE DE LANCEMENT BLVD-MTL (Boulevard) from blvd. on Vimeo.

    Entrevues avec les associés