UTF-8
756fccea278383c6aa8bf3771b2e7dbfe5c9110583b6bc1eb0000b69e25669a94884de3923fa1dc29aa09a8b579250339d7c67813e34bd3284d27514311d95a4
  • Extension concepts : le facteur wow

    Une entreprise montréalaise permet à l’image de marque de ses clients d’obtenir une visibilité unique par l’entremise de bannières faites de tissus extensibles. Discussion sur ces écrans nouveau genre (ainsi que sur l’art de faire bonne première impression) en compagnie de François Dubé, président d’Extension concepts.

    François Dubé, président d’Extension concepts

    Support média on ne peut plus discret, mais permettant d’a cher un maximum de contenu : les tissus extensibles sont aujourd’hui la tendance en matière d’affichage et de projection numérique. Et à l’instar du matériau, l’entreprise qui les exploite ne fait que trop rarement de vagues. « C’est vrai que l’univers des tissus extensibles se retrouve rarement sous les feux de la rampe, lance d’entrée de jeu François Dubé, président d’Extension concepts. Et avec raison : ce n’est pas le support qu’il faut mettre de l’avant, c’est ce qui est imprimé ou projeté dessus. Mais nous gagnons encore à nous faire connaître ainsi qu’à faire découvrir au grand public cette matière textile avec laquelle nous produisons leurs projets. Toutes les entreprises cherchent un maximum de visibilité, et nous proposons des solutions inventives à tous ceux qui souhaitent faire voir leurs couleurs de façon efficace et personnalisée. »

    Première impression

    Un petit coup d’œil sur le portfolio d’Extension concepts fait découvrir toute l’ampleur du spectre de ses réalisations.

    « Nous ne versons pas que dans l’événementiel, poursuit François Dubé. On œuvre aussi dans le design architectural, dans le muséal, des kiosques d’exposition ou des jardins botaniques. C’est très varié. » Ce dernier insiste d’ailleurs sur l’importance pour une marque de faire une première impression forte au public. « Que tu t’exposes dans un kiosque ou que tu organises un événement dans un hall d’hôtel, tu veux laisser une première impression marquante, enchaîne François. L’impact visuel n’est jamais à négliger puisque ça représente 50 % de l’expérience utilisateur. Tu veux attirer l’œil des gens, leur donner une expérience visuelle à chaque instant. C’est ce que j’appelle le facteur «wow». Et l’utilisation du matériau extensible que nous utilisons permet tout autant de faire un design de l’espace que de l’image et du produit. »

    Défis et création

    Et à quel moment ce support média arrive-t-il dans la création de l’habillage visuel ? « Nous n’avons pas la prétention d’arriver systématiquement au début de la création, poursuit François. Souvent, le client nous contacte avec une idée bien dé nie, et nous assurons la nition de celle-ci. On s’ajuste à son concept et on lui dit comment nous pouvons lui rendre. Il arrive aussi que le client ne se pointe qu’avec son logo et une page blanche : dans ces occasions, on verse dans la création et on fait un bout de chemin avec nos graphistes pour compléter l’habillage ». Et les défis ? «Le plus grand reste celui de réussir à réaliser une commande en fonction du budget dont dispose le client. Il faut avoir une approche réaliste. Un cas d’espèce intéressant demeure celui que nous avons réalisé pour un groupe de New York, en 2014. Le client souhaitait projeter un ciel étoilé sur une toile de 3000 pieds carrés à l’extérieur, en plein Manhattan, et ce, sur une période de quelques jours. C’était un projet très ambitieux, voire risqué, mais le client y tenait, et c’est lui qui nous a poussé à trouver les solutions pour y arriver. »

    Entrepreneur, François prenait en 2013 les rênes d’un projet florissant, lequel compte au- jourd’hui six employés. « Extension concepts roulait depuis 2003 au moment où j’en ai fait l’acquisition, se remémore-t-il. Mais le matériau extensible que nous utilisons, lui, une sorte de lycra, existait bien avant. On l’utilise en Europe depuis un bon moment déjà. Cela dit, nous avons développé une expertise qui nous est propre dans notre façon de l’employer. Depuis peu, par exemple, nous travaillons sur l’installation d’écrans de projection immersifs à 360 degrés. Lorsque le contenu qui y est projeté est bien pensé, c’est impressionnant. » À l’instar des autres technologies, le monde du textile est-il lui aussi en pleine
    innovation ? « Aucunement ! s’esclaffe François. Ça ne bouge pas vite dans le milieu du tissu. Moi, mon rêve, ce serait de pouvoir un jour compter sur un matériau extensible capable de résister longtemps au soleil et aux intempéries, question de pouvoir faire des installations externes sur une longue période. Ça multiplierait nos possibilités. »

    Pour en apprendre davantage sur les réalisations, les actualités ainsi que les opportunités de carrière chez Extension concepts, cliquez ici.

    Cet article a été publié dans le Grenier Magazine, volume 02, numéro 44.