UTF-8
756fccea278383c6aa8bf3771b2e7dbfe5c9110583b6bc1eb0000b69e25669a94884de3923fa1dc29aa09a8b579250339d7c67813e34bd3284d27514311d95a4
  • belairdirect sonde les Canadiens sur leur perception du pardon

    Depuis le lancement du produit « La police qui pardonne habitation », belairdirect souhaitait examiner la perception des Canadiens face au pardon. Selon les résultats du sondage mené par Léger Recherche pour le compte de belairdirect, les Canadiens sont extrêmement indulgents face aux incidents malencontreux et imprévus.

    L’étude a déterminé que 96 % des gens croient que tout le monde commet des erreurs et ils s’attendent également à ce qu’on leur pardonne en retour. En effet, 87 % des répondants ont signalé qu’ils seraient reconnaissants d’être pardonnés face à leurs erreurs passées.

    Interrogés sur leur indulgence à l’égard de leurs familles et leurs amis, les Canadiens sont tout à fait disposés à donner une chance à leurs proches. belairdirect a sondé l’opinion de Canadiens impliqués dans un incident sur la route ou à la maison et a constaté qu’ils sont plus indulgents que ceux qui ont eu la chance d’éviter de tels incidents. Par exemple, interrogés à propos d’un proche qui briserait quelque chose chez eux et leur causerait ainsi une perte financière, 70 % de ceux qui ont été impliqués dans un incident sont plus disposés à pardonner, en comparaison à 60 % seulement pour ceux qui n’ont pas connu de telles mésaventures.

    Autres principales conclusions

    • La majorité des répondants, soit 93 %, croit que le pardon est essentiel dans une relation amoureuse.
    • 92 % sont plus susceptibles de pardonner s’ils croient faire affaire à une personne honnête.
    • 90 % croient qu’il est plus facile de pardonner lorsque la faute n’est pas intentionnelle.
    • La plupart des Canadiens, 81 %, pensent qu’il ne sert à rien de garder une rancune.
    • Plus de 70 % croient que le pardon contribue à restaurer leur confiance.
    • En ce qui concerne les groupes les plus indulgents, les résultats ont montré que la génération du baby-boom, les Ontariens et les Québécois étaient plus susceptibles d’être d’accord avec les énoncés favorisant le pardon.
    • L’enquête a aussi révélé que le pardon s’accompagne souvent de sincérité ; seulement 15 % pardonnent pour obtenir quelque chose en retour.

    La campagne entourant « La police qui pardonne », signée Sid Lee Toronto, sera en ondes jusqu’à la fin du mois.


    Crédits

    Annonceur : belairdirect
    Agence : Sid Lee Toronto