UTF-8
756fccea278383c6aa8bf3771b2e7dbfe5c9110583b6bc1eb0000b69e25669a94884de3923fa1dc29aa09a8b579250339d7c67813e34bd3284d27514311d95a4
  • Plan d’action de la SODEC pour atteindre la parité des genres

    La SODEC entreprend un processus visant l’objectif de l’égalité hommes-femmes dans le milieu cinématographique. Lors du cocktail organisé par les Femmes du cinéma, de la télévision et des médias numériques (FCTMN) à l’occasion de leur 25e anniversaire, Monique Simard, la présidente et chef de la direction, a dévoilé publiquement le plan d’action de la SODEC pour l’atteinte de la parité des genres d’ici 2020.

    À l’écoute des associations qui ont relevé les inégalités, particulièrement des revendications des Réalisatrices équitables, la SODEC souhaite inciter le milieu à s’ouvrir aux projets initiés et réalisés par des femmes avec son plan d’action décliné en trois volets : sensibilisation, changements dans les programmes d’aide, et recherche sur la formation et les premières années sur le marché du travail.

    La SODEC a déjà instauré auprès des membres de son personnel des ateliers de conscientisation au biais systémique des genres. L’analyse de ses programmes a démontré que l’écart entre les genres se fait le plus sentir dans le domaine du long métrage de fiction, où seront instaurés les principaux changements. La SODEC a ainsi l’intention de remplacer d’ici quelques mois les mesures incitatives actuelles par des objectifs concrets comprenant « la mesure du 1 +1 ».

    Ainsi, une entreprise pourrait déposer deux projets de longs métrages de fiction à condition que l’un de ceux-ci soit scénarisé ou réalisé par une femme. Des modifications aux conditions d’admissibilité, tel que l’étendue de période d’admissibilité des producteurs à huit ans, la remise en question du minutage strict des courts métrages, l’encouragement des cheminements atypiques et l’ouverture aux projets en postproduction, permettraient également de tenir compte des conditions particulières des femmes et ainsi de ne pas pénaliser leurs projets.

    Plusieurs études ont démontré que la discrimination systémique débute lors des années de formation universitaire. La SODEC discute présentement avec l’Université Concordia, qui englobe l’une des meilleures écoles de cinéma au pays, pour pouvoir suivre une cohorte d’étudiantes et d’étudiants dans le domaine cinématographique et étudier leur entrée sur le marché du travail afin de comprendre pourquoi les inégalités des genres persistent et comment adopter des stratégies pour les contrer.

    Ce plan d’action sera mis en place progressivement, et marque un pas important pour un meilleur avenir.

    La SODEC donne ainsi suite aux résultats de l’étude Femmes et leadership : une étude sur la parité des genres et la diversité dans l’industrie médiatique canadienne dont les résultats ont été annoncés en janvier 2017 par l’Association canadienne des producteurs médiatiques (ACP).

    Image via la Gazette des Femmes